♪ L'hiver arrive à grands pas, et nous nous sommes mis à l'heure pour accueillir les premiers flocons ~ Bienvenue aux nouveaux qui nous rejoignent dans la bonne humeur ♪ Jetez un œil à ce fabuleux concours : Le Concours de Décembre ♪

Partagez | 
 

 Autant effacer toutes les traces... [ Pv : Ogito Yagarashi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dezaia Ikari
Liar's Mask
avatar


Nombre de messages : 46
Sexe : Féminin

Shinobi's Identity
Experience:
10/100  (10/100)
Prime:

MessageSujet: Autant effacer toutes les traces... [ Pv : Ogito Yagarashi]   Mar 21 Aoû - 18:36


Pour tout début, il y a une fin…

C’est parfois dans les pires moments que l’on revoit sa vie comme on voudrait la vivre. Rencontrer des gens, avoir un amour passionné, fonder une famille, vieillir et tout le reste sont des moments dans la vie que l’on ne néglige pas en temps normal. Quelque chose de précieux que l’on veut préserver… Pourtant quand on a décidé de tout mettre en pâté pour le Diable, qu’importe la vie, ou bien d’autres plaisirs futiles. Les choses les plus simples deviennent trop simples, elles n’ont plus de goût, d’odeur, d’envie à transmettre. Quand on goute à l’extase que peut être la disparition d’une personne qu’on haïssait. Plus rien n’est comme avant, votre vie change, le monde devient moins… hostile qu’il ne pouvait y paraître. Peut-être, car une personne que l’on considérait comme un danger permanent n’est plus et que malgré tout ça nous rassure.

On a souvent dit qu’il valait mieux être seul que mal accompagné. Certes si vous vous promenez avec le Diable, la compagnie sera de courte durée et relativement néfaste pour votre âme. Cependant, quand vous êtes le Diable et que vous cherchez de la compagnie. Cela devient légèrement compliqué. Déjà, être le diable, ce n’est pas si dur… Soyez simplement un ninja de rang S et vous verrez que l’on vous courra après pour votre prime un tant soit peu élevée. Rien de bien compliqué en tout cas… Mais bon cela n’était ni fait, ni a faire, elle était déjà dans l’histoire de son Clan comme la jeune femme à abattre, à vingt-trois ans c’est quand même dommage. Enfin bon…


Quelques jours avant
Serrant tout contre-t-elle sa couverture ? Hors de question qu’elle sort de son lit alors qu’il faisait si froid. Mais aussi, ce n’était pas pour dire qu’elle n’était pas du genre à dormir avec des vêtements légers. Donc d’une manière comme d’une autre, il faisait toujours froid quand elle sortait de son lit. Quelle vie mène-t-on quand on a vingt-trois ans ? Un de ses deux oreillers au sol la nuit avait été fortement mouvementé apparemment. Un rêve, un cauchemar. Elle ne savait pas, elle ne savait plus.

Néanmoins. Il faisait froid. Y allant progressivement dans son levé, elle sortit un bras, puis l’autre de la couverture. Puis, une jambe et l’autre avant de tout pousser sur le fond et d’être complètement à l’air libre. Les jambes découverte et vêtue d’un simple t-shirt gris clair trop grand pour elle. Dezaia la recrue de l’Akatsuki avait les cheveux entre mêlé, mais attaché avec deux jolies tresses qui tombaient de chaque côté de sa tête. Baillant à s’en décrocher la mâchoire, elle se tourna sur le côté faisant pendre ses pieds dans le vide, avant de les posé au sol et de se lever.

Cherchant de quoi se vêtir, relativement dignement, car ce n’est pas en montrant ses jambes et son sous-vêtement du bas, qu’elle allait monter dans l’estime des membres, tous masculins à ceux qu’elle avait vus ? Enfin bon… Cherchant à tâtons et en bas de ce qui lui servait de lit, sa robe blanche, elle tomba la tête la première sur le sol… Quel début de journée magnifique ! Même quand on est un ninja recherché, ce n’est pas dit que l’on n’a pas de mauvais jour comme les autres…

Enfin bon passons ses impressions sinon, elle allait vraiment devenir chèvre à pensé ce qu’elle devait faire aujourd’hui. Rien de bien important quoiqu’elle aurait pu faire quelque chose d’important si ce n’était pas la voix râleuse de Deidara qui lui signala sa présence. Enfin, elle ne savait pas y faire avec les hommes de toute façon donc d’une manière comme d’une autre… Puis à son étonnement, il lui fit mine d’approcher. Ce qu’elle fit, car se disputer avec ce blond n’était pas d’une grande utilité pour ses maux de crâne naissant.

« - Sais-tu qu’Itachi m’as dit, que Hidan lui avait dit, que Sasori lui a dit que ta cousine te cherchait ? »
« - Maintenant je suis au courant » souffla-t-elle découragée par on attitude infantile.
« - Non ce que tu ne sais pas, c’est qu’elle te cherche, mais qu’elle est tout prêt d’ici, enfin nous dirons que Kiri no kuni n’est pas loin, enfin pour moi. »

Elle le regarda un air assez sérieux à vrai dire Mitsuki la cherchait vraiment, pourquoi aire, et que ferais des shinobis de Suna à Kiri ? C’était absurde pourtant, elle inclina la tête en signe de remerciement, et partie vaquer à ses occupations. Pain ne devait pas être loin…

Le temps passe et un nouveau jour se lève

Nous dirons que c’est pour ça qu’elle a eu le divin droit de partir seule pour Kiri. À dire vrai, partir seule n’était pas sa principale crainte. On dira plutôt que ce que Dezaia craignait était l’argumentation qui allait avoir sa cousine envers elle. Quoi que.

Le visage caché par son large chapeau de paille et des fines bandes blanches qui pendait tout autour, la demoiselle laissait quelques mèches roses s’échapper du long manteau noir de l’organisation. Elle est partie, avec l’accord du chef, mais elle devait porter les couleurs de l’organisation malgré tout. L’Akatsuki est crainte par les civils et certains shinobis. Mais d’autres n’attendent que de les croiser pour prouver leur bravoure au commun des mortels. Pourtant…, l’Envie n’avait pas envie de faire de combat, du moins pas avec ce genre de moins que rien, et si elle pouvait ramener à elle seule un réceptacle et le démon à queue qu’il porte d’ici trois jours le temps de faire le trajet et de tuer une bonne fois pour toutes sa chère et tendre cousine, elle serait bien heureuse.

Elle se « baladait » dans les rues du village quand un bruit attira son attention, une marche… Les pas étaient assez rapprochés l’un de l’autre. C’était soit une personne qui marchait à un rythme soutenu. Soit un enfant. À vrai dire que se soit l’un ou l’autre, elle devait ce tenir sur ses gardes et passer relativement inaperçue. Ouvrant en grand son long manteau dévoilant ainsi la blancheur de a peau et la petite robe noire qu’elle portait, elle tira de sous ses jupons un long pieu de bois au cas ou.

Le bruit se rapprochait à l’angle de la rue, elle guettait qui cela pouvait être. Quand elle vit l’enfant passer devant elle sans que i ne remarque rien, elle ria, avec un sourire assez sadique, pervers… enfin remplit de mauvaises intentions. L’attrapant assez durement par le poignet, Dezaia préféra l‘accrocher au mur en lui plantant délibérément son pieu sur le tissu de ses vêtements. Il ne faudrait pas qu’elle la tue tout de suite. Enfin, affolé, l’enfant pleurait et hurlait à grand cri. Évidemment à ce niveau-là, ça avait dut alerté quelqu'un, mais elle lui couvera la bouche avec sa fine main couleur ivoire. Avant de déclarer sombrement.

« - Si tu restes sage, je ne te tuerai pas toute suite promis. »

Immédiatement, l’enfant se tut. C’était rapide comme méthode pensa-t-elle. Mais bon, sortant cette fois-ci, un pieu et un kunai, elle pointa l’objet argenté vers la gorge du garçonnet s’efforçant de jouer tranquillement avec son pieu. Elle avait une pulsion assez difficile à retenir, mais elle allait se passer de tuer un enfant tout de suite. Plantant son regard saphir dans le gris de celui du garçon, elle lança un faible

« - Réponds à ma question sagement où sinon je t’égorge. Sais-tu où se trouvent les Shinobis de Suna venus à Kiri ? »

Retirant sa main de la bouche de l’enfant, il répondit qu’il ne savait pas et il supplia la jeune femme de le laisser en vie. Dezaia haussa les épaules. En guise de réponse, il eut le droit à son pieu dans l’épaule. Ce môme ne lui était plus d’aucune utilité, autant effacé les traces.

_________________
Dezaia's Voice


Me voilà Reine des nuits solitaire
Je noie ma peine dans l'ivresse du bonheur éphémère
Et j'en perds la tête...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/cloee.j.christophe
Ogito Yagarashi
Fondateur / Rokudaime Mizukage
avatar


Nombre de messages : 234
Sexe : Masculin

Shinobi's Identity
Experience:
40/100  (40/100)
Prime:

MessageSujet: Re: Autant effacer toutes les traces... [ Pv : Ogito Yagarashi]   Sam 15 Sep - 12:19

Ah, Kiri... Le village n'a jamais aussi bien porté son nom que ce jour là... Je ne parle évidemment pas de l'ouverture d'une fromagerie ( Suspect ), mais du village de la brume... Celle-ci, épaisse, avait décidé de pointer le bout de son nez comme à son habitude, et d'ajouter un côté relativement sombre et ténébreux à un village que le Mizukage s'efforçait de faire devenir le plus chaleureux possible. Une mission qui, il y a quelques années, aurait été perçue comme impossible, voire irréalisable. Mais bon, Ogito le savait, son influence et sa joie de vivre pourraient sûrement faire chavirer la lassitude et la froideur de sa population vers une humeur plus saine, et plus sympathique. Mais ne nous égarons pas du sujet. En effet, si le jeune chef du village de la brume voulait du beau temps, c'était surtout pour égayer sa journée, qu'il désigna à voix haute, dans son bureau vide, par le terme suivant :

"Inutile."

Pour ainsi dire, il était agacé de toutes ces informations s'enchaînant à une vitesse folle et s'accumulant sur une pile de papier immense, qui commençait à frôler le double décimètre. D'autant plus que la plupart de ces papiers n'avaient aucun sens. Un restaurant se plaignant au Mizukage d'un ivrogne trainant dans le coin, un Genin exclu de l'académie une semaine pour avoir insulté l'un de ses camarades, bla bla bla. Parmi toutes ces lettres, il y avait également des lettres d'amitiés envers Ogito, des lettres d'encouragement dans ses fonctions, des messages d'enfants qui lui écrivaient comme à leur plus grand héros, des lettres de remerciement dues au fait que le village de Kiri ne s'était toujours pas fait attaquer par l'Akatsuki depuis sa prise de fonction, et caetera. C'est en lisant tous ces messages qu'Ogito perdit un temps monstrueux, et quitta son bureau vers la fin de l'après-midi. En effet, malgré la charge de travail colossale qui se présenterait à son retour, il décida de faire une ballade dans son beau village, et constata d'ailleurs avec joie qu'une brise estivale s'était levée, bien que l'humidité fut toujours présente. C'est donc avec un sourire certain qu'il entreprit une marche de routine, plutôt agréable, à vrai dire. En effet, beaucoup de personnes se retournaient sur son passage, afin de mater son cul saluer le Mizukage, ou de s'incliner par signe de respect. Ogito n'en demandait pas tant, il était plutôt modeste, beaucoup plus modeste que ses prédécesseurs, mais il est vrai que sa nouvelle notoriété lui plaisait beaucoup. La reconnaissance, voilà ce qu'il appréciait par dessus tout, le fait de voir les yeux des personnes qu'il croisait s'illuminer dès qu'il arpentait les rues de son village, pour son grade et sa gentillesse, et non pour son physique... En tournant dans une rue, il croisa même un jeune enfant, d'environ 7 ans, qui lui adressa timidement la parole

- C'est toi le Mizukage ? Monsieur Ogito ?

La vue de ce petit garçon provoqua un sourire chez le jeune homme, qui adorait les enfants, et qui en aura d'ailleurs sûrement le jour où il trouvera l'amour de sa vie... Mais passons. Avec un grand sourire, Ogito lui montra sa coiffe, puis lui répondit

"Je crois bien, oui !"
- Tu peux me signer un autographe alors ?

Puis il tendit une sorte de carnet et un stylo à notre Mizukage. Admirablement surpris et attendri par cette belle image, il s'empressa de lui signer le bout de papier qu'il désirait. Puis il lui rendit avec un grand sourire, avant de lui poser ses deux mains sur les épaules et s'accroupir à son niveau, un instant.

"Je te remercie beaucoup, petit. Allez, file, il est tard !"
- Oui, monsieur, merci beaucoup, au revoir !

Le gamin courut vers une autre rue, visiblement très étonné et surpris de voir que quelqu'un de si haut placé prendrait le temps de s'adresser à un enfant comme lui. A vrai dire, Ogito était loin d'être le tyran qui éprouverait du mépris pour les habitants de son village, de par son niveau et son rang supérieurs. Il ne négligeait même pas les personnes les plus faibles, chaque personne ayant le pouvoir d'apporter une pierre, peu importe sa taille, à l'immense édifice qu'est le village de la brume.

C'est peu après ces moments de divagations qu'un hurlement se fit entendre de l'autre côté de la rue, justement celle où le bambin avait détallé à une vitesse plutôt élevée. Ce cri... L'un des pires cris que l'on puisse entendre. La terreur d'un enfant, un hurlement aigu, froid, qui glace le sang de quiconque possède ne serait-ce qu'une parcelle de sensibilité. Le temps qu'Ogito réalise d'où venait le cri, un deuxième hurlement se fit entendre, de douleur cette fois, toujours de la même voix cependant. Sans hésiter, il se rendit sur les lieux du boucan le plus rapidement possible. C'est à son grand étonnement qu'il se rendit compte qu'il était dirigé vers le port de Kiri, port où le Mizukage apparut en une fraction de secondes. La scène qui se présentait à lui fut alors assez horrible. Il aperçut une femme, de profil, visiblement amusée de voir sa victime, un petit garçon, celui à qui Ogito avait donné l'ordre de rentrer chez lui, avec un pieu en argent planté dans l'épaule. En une fraction de seconde, le dirigeant du village de la brume entra dans une rage profonde. Si toucher à un habitant de son village était déjà pour lui un crime énorme, la jeunesse de cet habitant consistait en un acte impardonnable, et immonde. Dans un élan de rapidité plutôt impressionnant, le Mizukage fonça vers la personne, dont il venait d'ailleurs de percevoir la robe de l'Akatsuki, et lui adressa un coup de pied monumental, que celle ci esquiva avant de reculer de l'enfant. Ogito entreprit alors d'emmener le garçon le plus loin possible de cet endroit, à savoir dans une infirmerie, qui fort heureusement se trouvait à une centaine de mètres de là, avant de retourner vers la jeune femme qui était toujours restée sur place. D'un ton sec, et éprouvant un mépris énorme pour la personne ce dressant devant lui, il se contenta de ces mots :

"Qui es-tu, et que veux l'Akatsuki à mon village ?!"

[HRP : Comme tu l'auras remarqué, j'ai décidé de certains de tes mouvements. Mp moi si tu n'es pas d'accord sur certains points Wink ]

_________________

<< Invité, notre combat sera certainement le dernier de ta vie. >>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://naruto-no-agari.forumactif.fr
Dezaia Ikari
Liar's Mask
avatar


Nombre de messages : 46
Sexe : Féminin

Shinobi's Identity
Experience:
10/100  (10/100)
Prime:

MessageSujet: Re: Autant effacer toutes les traces... [ Pv : Ogito Yagarashi]   Dim 23 Sep - 23:18


Le mépris, la douleur. Ce sont des émotions que les faibles peuvent ressentir, car ils n’ont pas accompli leurs devoirs comme il le fallait. C’était humain d’être déçue… Mais toi, tu étais un monstre. Quoi que, ça dépendait de ton humeur et du sens su vent (à noter que le sens du vent est très important ici). Comment pouvais-tu t’attaquer à une chose aussi sacrée qu’un enfant, une chose aussi pure ? Si innocente…

Mais une chose si inutile…

Pourquoi ce donner la peine de faire d’enfants, la plus part du temps les parents les abandonnent faute de moyen de nourriture ou d’avenir… Pathétique… Pourtant, le regard froid et vide de la jeune femme n’indiquait pas clairement une envie de tuer à proprement dite. Elle était indécise et avait planté un pieu dans l’épaule de cet enfant pour le faire attendre la décision finale. Un sourire se porta à tes lèvres, tu devais le tuer, c’était important. Pourtant, un carnet tomber au pied de cette petite tête blonde attira ton attention, tu regardas la rature à forme de signature sur le papier… Une signature, de qui ? Bonne question… Malgré la souffrance ou la peine, le but d’un homme, d’une femme reste toujours le même. Vivre pour ses objectifs, pour les accomplir et pouvoir vivre sans avoir de regret. Nous dirons que c’était à la fois le cas sans l’être. Comment vit-on quand le but que l’on s’est fixé n’est qu’à moitié plein ? On ne vit qu’à moitié alors, tant qu’on n’a pas rempli son véritable but… On tente en vain de se trouver des buts intermédiaires pour réussir à donner un sens à sa vie…

Mais là, quel sens donner à une simple signature insignifiante ? Elle tâcha bien de marcher dessus, cachant ce coup de stylo d’une grande marque de sang.

Cette signature était toute aussi inutile que l’enfant qu’elle avait devant les yeux et qui la suppliait à de multiples reprises de le laisser en vie alors qu’elle s’apprêtait à lui donner le coup fatal. Elle sentit que l’air se fendait… Quelqu’un approchait.

Esquivant avec l’agilité et la souplesse d’une femme, son chapeau de paille aux longes bandelette de papier blanc tomba au sol alors que l’inconnu avait lui aussi disparu emportant le gamin avec lui. Elle en profita pour ramasser le carnet qui devait contenir des informations sur cet enfant, elle le tuerait plus tard, rien ne pressait vraiment. Enfin, tu as eu à peine le temps de te remettre face à la route qu’il était déjà de retour…

Le regard dédaigneux, l’aura répulsif de cette envie de venger cet être pure. Cela t’amusait et tout était tout sourire. Mais il te quitta peu à peu, pour que tu reviennes dans cette léthargie… Il te lança d’un ton sec, froid méprisable, pour lui, tu n’étais que de la racaille rien de plus, ni de moins. Il te demanda qui tu étais et ce que voulait l’organisation contre Kiri

« - On se présente avant de demander son identité à une femme. »
Elle croisa les bras négligemment pour dire qu’elle n’était ni enchantée de la venue d’un étranger dans son petit rituel de crucifixion, mais bon, il devait bien s’en ficher, vu la coiffe qu’il abordait sur es habits. C’était à la foi existante et désolante… Abîmer un si beau visage, quelle perte de temps …

« - De plus, mon organisation n‘a rien contre ton village pour le moment. J’en ai personnellement à des visiteurs de ton village. Indique-moi simplement le chemin et je partirai. »

Elle savait bien que ça ne serait pas si simple,mais ça valait le coup de demander. Sait-on jamais peut-être qu’il la mènerait jusqu’à sa cousine et qu’elle pourrait la tuer une bonne fois pour toutes enfin, elle décroisa ses bras et ouvrit un peu plus son manteau pour avoir libre accès à ses armes au cas ou…

Enfin une brise sembla flotter dans la brume qui était née sur le port… Rien n’était plus beau que les effets naturels…

Bien que cela soit parfaitement Inutile pour servir les causes humaines…

Franchement, ma fille, ton monde ne tournera jamais rond…

_________________
Dezaia's Voice


Me voilà Reine des nuits solitaire
Je noie ma peine dans l'ivresse du bonheur éphémère
Et j'en perds la tête...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/cloee.j.christophe
Ogito Yagarashi
Fondateur / Rokudaime Mizukage
avatar


Nombre de messages : 234
Sexe : Masculin

Shinobi's Identity
Experience:
40/100  (40/100)
Prime:

MessageSujet: Re: Autant effacer toutes les traces... [ Pv : Ogito Yagarashi]   Mar 30 Oct - 14:58

Le dégoût ? Le mépris ? Tant de mots appartenant à un champ lexical, certes non flatteur, mais caractérisant à merveille les meilleurs sentiments d'Ogito à l'égard de son interlocutrice. Pour ainsi dire, en l'espace d'assez peu de temps, elle avait détruit la quasi totalité de ses chances de remonter dans l'estime du Mizukage. Elle avait commis une erreur, fatale. Une erreur qui, à coup sûr, la mettrait dans un sale pétrin.


A vrai dire, il y avait très peu de choses envers lesquelles le chef du village de la brume éprouvait une intolérance totale, dont le fait de s'attaquer à l'un de ses villageois. Et, dans l'optique même où le villageois en question est un enfant, un être pur, à la peau vierge de toute la cruauté de la race humaine, une peau qui, en temps normal, ne devait pas être transpercée par quelconque objet que ce soit. S'attaquer de la sorte à un enfant était à la fois stupide, cruel, impardonnable, et lâche. Un ninja, aussi cruel soit-il, n'a que très peu d'intérêt à s'attaquer à une personne incapable de rendre les coups, alors pourquoi s'attaquer à ce pauvre bambin ?


Bref, l'envie de venger l'enfant prenait de plus en plus de place dans l'esprit du Mizukage. D'autant plus que la disciple de l'Akatsuki en question, au lieu de fuir ou d'essayer d'arranger son cas de la meilleure des manières possible, restait sur place, avec un sourire à la fois fier et arrogant, semblant amusée par la situation. Pour ainsi dire, elle ne semblait pas du tout regretter son geste, et, au contraire, semblait déçue de ne pas pouvoir le réitérer.


Et, plutôt que de répondre directement à la question du jeune Mizukage, celle-ci s'empressa de souligner, non sans audace, un manque de galanterie de la part d'Ogito, avant de croiser nonchalamment les bras puis de poursuivre en annonçant que l'Akatsuki ne voulait rien à Kiri, mais que des raisons personnelles, à savoir un fort ressentiment envers certains visiteurs du village de la brume, le poussait elle, et uniquement elle, à entrer par effraction dans le village de la brume. Enfin, via l'impérative, elle demanda à Ogito de la mener aux personnes qu'elle veut assassiner.


C'en était trop. Respirant un grand coup afin de garder son calme, il s'entreprit de répondre à son interlocutrice, sur le ton le plus méprisant qu'il n'ait pu utiliser


"Alors, si je comprends bien, je dois me présenter pour avoir l'autorisation de parler à un ennemi infiltré dans mon village ? Bien. Peut être que la galanterie me fait défaut, mais je sais reconnaître une femme lorsque j'en vois une. Et là, je vois seulement un monstre."


Puis, affichant un sourire en coin, il enchaîna


"De toute manière, toute personne venant ici est habitant de Kiri, que ce soit le temps d'une journée ou de plusieurs années. Et j'ai, malheureusement pour toi, le devoir de protéger chaque personne ici. Tu n'auras donc ni mon aide pour accéder à tes potentielles victime, et encore moins d'autorisation de rester ici plus longtemps."


Remarquant le carnet du jeune garçon, contenant l'autographe d'Ogito d'ailleurs, ce dernier, gardant un oeil fixe sur son futur adversaire, ramassa l'objet, et le mit dans sa poche arrière, avant de se saisir d'un Kunai, dans un objectif défensif, et de le maintenir à l'horizontale au niveau de sa tête.


"Désormais, tu as deux solutions. Soit tu disparais tout de suite de mon village, soit nous nous engageons toi et moi dans un combat, qui mènera certainement à ta perte. A toi de voir."


En vrai, Ogito ne voulait pas donner le premier coup, tout d'abord parce qu'il ne voulait pas porter le chapeau d'une attaque envers l'Akatsuki, et donc agir en légitime défense, mais aussi parce qu'il se méfiait énormément de la femme qui se tenait en face de lui, dont il savait une excellente aptitude au combat, un minimum pour prétendre être membre de l'Akatsuki. Quoi qu'il arrive, il n'avait pas non plus l'intention de la laisser fuir comme cela, sans demander son reste. Elle avait commis un crime, il fallait en assumer les conséquences. S'attaquer à un enfant de Kiri aura certainement été sa plus grande erreur.

_________________

<< Invité, notre combat sera certainement le dernier de ta vie. >>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://naruto-no-agari.forumactif.fr
Dezaia Ikari
Liar's Mask
avatar


Nombre de messages : 46
Sexe : Féminin

Shinobi's Identity
Experience:
10/100  (10/100)
Prime:

MessageSujet: Re: Autant effacer toutes les traces... [ Pv : Ogito Yagarashi]   Sam 17 Nov - 19:59

"Alors, si je comprends bien, je dois me présenter pour avoir l'autorisation de parler à un ennemi infiltré dans mon village ? Bien. Peut être que la galanterie me fait défaut, mais je sais reconnaître une femme lorsque j'en vois une. Et là, je vois seulement un monstre. De toute manière, toute personne venant ici est habitant de Kiri, que ce soit le temps d'une journée ou de plusieurs années. Et j'ai, malheureusement pour toi, le devoir de protéger chaque personne ici. Tu n'auras donc ni mon aide pour accéder à tes potentielles victime, et encore moins d'autorisation de rester ici plus longtemps."

Elle le regarda. Hm, le Kage du village intéressant, elle allait devoir faire attention, mais la parole était la seule véritable arme qu’elle pouvait avoir pour le moment. Elle avait envie de se battre sans pour tant perdre son temps. Inclinant la tête sur le côté, elle soupira ennuyé. Un monstre ? Ca dépendait avec qui. Cet enfant avait et est tout jours un problème certains. Elle avait l’habitude des combats, mais perdre ses facultés mémoriels pour une tête brûlé comme le Kage de Kiri, elle n’en avait pas le temps…

Elle était un monstre, mais il suffit que le monstre s’énerve vraiment pour qu’il fasse vraiment mal, elle était femme avant d’être un monstre. Et blessé un enfant, ça ne lui faisait rien, elle n’avait jamais eu a fibre maternelle ou familiale de toute façon. Mais le fait qu’elle n’ai pas pu tuer ce gosse lui mettait encore plus la rage. Elle aurait dut y arriver. Alors qu’il ramassait le carnet du gamin, elle l’observa, attendant es réactions … Rien de simples menaces prononcer au vent…
"Désormais, tu as deux solutions. Soit tu disparais tout de suite de mon village, soit nous nous engageons toi et moi dans un combat, qui mènera certainement à ta perte. A toi de voir."


Elle riait un peu, mais c’était faible et elle garda ce rire pour elle. Il était idiot. Malgré que ce soit une femme, elle n’était pas si bête. Toucher un enfant devant un homme qui à l’page pour de venir père, et pouvoir partir facilement, elle n’était pas dupe. En tout cas, elle s’ avança, vers lui avant de dévier vers le sang de l‘enfant, elle s’accroupit à côté de la petite flaque au sol. Plongeant son index à l’intérieur, elle marqua quelque kanji sur le mur de bois … Sans dire un mot, observant du coin de l’œil son adversaire sans lui tourner le dos. Elle savait qu’elle ferai erreur i elle faisait cela.

Dezaia regardant le sang sur le mur elle était satisfaite de son œuvre d’art.

« - Dezaia est passée par là, cherche là encore Mitsuki, mais regarde bien ce sang, encore un innocent qui à payé pour toi. »

Elle se retourna vers le Kage. En souriant, un sourire assez terrifiant, elle se faisait peur à elle-même. Mais en guise de précaution, elle sorti un de ses pieu en fer. Ils étaient bien mieux plus efficaces … Plus tranchants. Dezaia, tu es un monstre … Franchement. Barre toi et retourne au repère , tu ne gagnera rien à te battre contre lui.

Elle le regarda droit dans les yeux :

« Si tu commences j’aurai une raison de me battre contre toi. Là pour le moment, je ne vois pas l’intérêt de me mesurer à toi. Tu n’es pas dans mes problèmes. » Elle sourit « Quand tu sera sur ma liste, je serai te trouver en tout cas. »

Baka, baka, ta vie te glisse entre tes doigts.


HRP : C'est vraiment pourri désolé ;w;

_________________
Dezaia's Voice


Me voilà Reine des nuits solitaire
Je noie ma peine dans l'ivresse du bonheur éphémère
Et j'en perds la tête...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/cloee.j.christophe
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Autant effacer toutes les traces... [ Pv : Ogito Yagarashi]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Autant effacer toutes les traces... [ Pv : Ogito Yagarashi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto no Agari ::  :: ~ Pays de l'Eau - Kiri ~ :: Kiri no kuni :: Port de Kiri-