♪ L'hiver arrive à grands pas, et nous nous sommes mis à l'heure pour accueillir les premiers flocons ~ Bienvenue aux nouveaux qui nous rejoignent dans la bonne humeur ♪ Jetez un œil à ce fabuleux concours : Le Concours de Décembre ♪

Partagez | 
 

 Le Pouvoir des Mots [PV Minamoto Sokô]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Shunsui A. Minomura
Administrateur / Hachidaime Kazekage
avatar


Nombre de messages : 107
Sexe : Masculin

Shinobi's Identity
Experience:
37/100  (37/100)
Prime:

MessageSujet: Le Pouvoir des Mots [PV Minamoto Sokô]   Jeu 23 Aoû - 6:33

Dès les premiers jours de sa nomination, Shunsui s’était rapidement retrouvé submergé de paperasses. Il avait l’habitude d’en faire, de par son ancien poste de Commandant-en-Chef de la IVème Armée de l’Ouest, mais traiter une telle quantité était nouveau pour lui. Fort heureusement, il était secondé par une équipe administrative extraordinaire. La plupart de ces Fonctionnaires Ninjas avaient eu leur poste actuel sous le trop court mandat du Rokudaime, et le Shichidaime n’avait pas eu le temps de les remplacer. Pour sa part, Shunsui entendait les garder en place, mais désormais, il ne désirait plus faire rentrer que des civils. Pourquoi mobiliser des militaires pour de simples tâches de bureau ?

Les mois passaient, et les réformes allaient bon train. La nouvelle Chancellerie Suprême de Suna (CSS), qui avait succédée au Conseil des Anciens – dont les membres loyalistes au nouveau Gouvernement avaient été conservés, et les autres déportés – approuvait chacun de ses projets de loi, en y apportant quelques fois des modifications plus qu’appréciables dans la forme ou le contenu. Petit à petit, la situation tendait à s’améliorer dans le pays, bien que cela reste un projet de longue haleine. Surtout que désormais, il gérait le pays tout entier, la Daimyô ayant été destitué le jour de sa prise de pouvoir. Mais il ne regrettait rien, absolument rien.

Un beau jour, il reçut une lettre provenant du Gouvernement du Pays du Fer, le prévenant qu’une mission diplomatique en route pour Suna pénétrerait sous peu sur leur territoire. Le Kazekage prévint les Gardes-Frontières de laisser passer la Délégation, et s’arrangea avec des commerçants, moyennant finance, pour que leur caravane leur serve de guide. Il aurait aimé envoyer une escorte militaire, mais la réorganisation des organisations gouvernementales et autres l’en avait empêché. Lorsque les Samurais arrivèrent aux portes de la capitale, il fit dépêcher des membres de la Sixième Direction du Comité pour la Sécurité de l’Etat, qui avait pour rôle de protéger les personnalités importantes de la nation. Ces Officiers serviraient de guides et de gardes du corps à leurs invités durant tout le temps nécessaire à l’accomplissement de leur mission. Pour sa part, Shunsui dut, malgré son envie, faire attendre les envoyés du Pays du fer quelques jours, le temps de régler des affaires urgentes. Il veilla toutefois à ce que tout leurs désirs soient exaucés et qu’ils ne manquent de rien.

Enfin, le jour de la rencontre arriva. La Tour, qui jusqu’alors avait été le siège du pouvoir, était désormais divisée entre les différents Conselliums (le nom donné aux Ministères dirigés par les Conseillers du CSS). Le Kazekage avait lancé la construction d’un grand Palais de façon à affirmer une nouvelle fois la puissance de la nation – et cela avait créé beaucoup d’emplois, entre autres. Mais nous nous éloignons du sujet principal. La rencontre, donc, aurait lieu dans l’ancienne salle du Conseil des Anciens. De grandes carafes emplies d’eau avaient été posées, avec des verres, devant chaque siège. Les statues des quatre premiers Kazekage avaient, elles, été retirées, car Shunsui prévoyait d’en faire tailler huit et de les déplacer dans un lieu où tout le monde pourrait les voir. Elles seraient également bien plus grandes, plus imposantes, plus protectrices.

Afin de remplir la pièce, de fines tapisseries représentant des scènes de bataille, datant des Grandes Guerres Shinobis du passé, et d’autres plus récentes concernant la guerre contre la Fédération Azuréenne, avaient été tendues sur les murs de pierre. Les Conseillers voulaient rajouter des statues, mais n’avaient pas encore réfléchi à ce qu’elles représenteraient. Aussi, pour le moment, la pièce était-elle simplement décorée de ces tableaux.

Un par un, les Conseillers rentraient dans la salle et prenaient place à leurs sièges. Toute la Chancellerie était présente, ce qui, compte tenue du fait que la Délégation Samurai viendrait également au complet, avait posé quelques problèmes quant à l’organisation de l’espace ; mais cette difficulté avait bien été surmontée, et chaque participant bénéficiait d’un espace suffisant pour être à l’aise.

Il y avait, en plus de lui, deux autres Minomura, son frère et une de ses sœurs, facilement reconnaissables à leurs cheveux blancs et leurs yeux d’améthyste. Son frère, Fusaaki, était le Conseiller Délégué à la Défense, à la Guerre, à l’Armée et à la Marine. Ces quatre portefeuilles, si semblables par leur nature, avaient été regroupés en un seul pour des raisons d’efficacité. Une de ses sœurs, Shizko, était, elle, la Conseillère Déléguée aux Affaires Etrangères et à la Politique Extérieure, l’un des postes les plus importants au sein du Gouvernement. Parmi les autres postes majeurs, se trouvaient celui du Commerce Extérieur et Intérieur, celui des Finances et de l’Economie, … Tous les Conselliums avaient été convoqués aujourd’hui, pour des raisons de protocole, mais il n’aurait suffi que de ces quatre-là au minimum pour régler l’affaire d’importance à laquelle ils étaient confrontés.

Tous étaient assis, hormis Shunsui, qui attendait près de la porte pour accueillir la Délégation. La salle, insonorisée, les empêchait d’entendre quoi que ce soit provenant de l’extérieur, aussi ne sût-il qu’ils étaient arrivés que lorsque les deux grands battants en bois sombres s’ouvrirent. Kisoi Nobuhiro, le Majordome – un vieil homme amputé du bras gauche après une mission, qui croupissait dans un de ces anciens taudis désormais détruits ou en cours de destruction, que Shunsui avait rencontré un jour et qui avait décidé de lui donner ce poste – Kisoi, donc, de sa voix grave annonça leurs visiteurs.



« Hachidaime Kazekage-sama, Honorables Conseillers : l’Ambassadeur Minamoto Sokô-sama, et sa Délégation du Pays du Fer. »


Kisoi s’inclina en refermant les portes, et Shunsui s’approcha en souriant des envoyés. Il ne put s’empêcher de détailler rapidement du regard le Samurai qui menait cette mission. C’était un homme assez grand, au visage décidé, et aux yeux emplis d’une détermination à toute épreuve. Malgré les cheveux en bataille qui contrastaient avec la coiffure à laquelle on aurait pu s’attendre d’un représentant d’importance d’un pays, le Fer-né lui plut.


« Minamoto-dono, Honorables Envoyés du Fer, c’est un grand honneur pour nous de vous recevoir en ce jour. Pardonnez-nous de n’avoir pu vous recevoir plus tôt, mais je pense qu’il est inutile de vous décrire les tâches qui incombent au Gouvernement d’un pays. Prenez place, mettez-vous à l’aise, et nous ferons les présentations. »


Tous les Conseillers, qui s’étaient levés à l’arrivée de leurs visiteurs, se rassirent une fois que les Fer-nés eurent pris place, et Shunsui se dirigea ensuite vers sa place. Directement en face de lui, se trouvait Minamoto. Le Kazekage attendit que les Envoyés se présentent, puis vint le tour des Sunajins. Cela fait, il regarda l’homme qui était en face de lui.


« Alors, Minamoto-dono, quelle est l’affaire d’importance dont nous devons discuter ? Votre Gouvernement m’a prévenu de votre venue, mais n’a rien précisé quant à la nature de votre mission diplomatique. »

_________________
Merci à Misaki Hinari pour ce bel avatar Very Happy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Le Pouvoir des Mots [PV Minamoto Sokô]   Ven 31 Aoû - 20:30

Cela faisait maintenant deux jours que le groupe de Samouraïs avait franchi la frontière entre le pays du vent et du fer, deux jours de marche dans la neige glaciale séparant la montagne des trois loups et le désert aride menant à Suna. Sokô menait ses hommes avec fermeté mais bienveillance, il se savait observer par des gardes, c’était forcé, aucun pays majeur ne laisserait les frontières sans surveillance, mais le général Mifune avait d’ores et déjà envoyé une lettre, expliquant la situation, aucun ninja viendrait les déranger durant le voyage, un guide touristique aurait été appréciable. Après une bonne heure de route sous le soleil aride, une caravane commerciale se fit apercevoir, Sokô se rapprocha des commerçants, mais avant même de parler, les négociants leur donna le conseil de les suivre, beaucoup se perdaient dans ce désert, et beaucoup y mouraient. Sans débattre de la situation, le Minamoto accepta l’offre, un piège était possible mais les gardes-frontières devaient surement garder un œil sur eux, et une quinzaine de samurai ne se laisseraient pas faire.

Après des heures interminables et étouffantes, les portes du village furent dépassées. Là, un groupe de Shinobi arriva, rapidement, pour les escorter jusqu’à leur appartement provisoire, en attendant que le Kazekage puisse organiser la réunion qui avait poussé les samouraïs à se déplacer. Les ruelles étaient propres, les passants regardaient le convoi d’homme en armes avec étonnement, se demandant ce que cela impliquait, guerre . Paix ? Qui pouvait savoir ? Sokô et ses hommes arrivèrent finalement devant une grande bâtisse de pierre rosâtre, bâtiment grand et calme une fois à l’intérieur. Les ninjas leur expliquèrent la situation du pays, les réformes etc. Ils leur demandèrent d’attendre le temps que tout ce mette en place pour cette réunion tant attendue.

Trois jours plus tard, le même groupe de ninja venu chercher Sokô, le moment était venu. Le samurai fut escorté par trois de ses plus vaillants soldats. Ils se rendirent en direction d’une grande tour, on leur expliqua qu’elle symbolisait autrefois le pouvoir de la nation. Ils arrivèrent en face d’une grande porte, derrière se trouvait la salle où se déroulerait la réunion. La salle était remplie de membres paraissant important, des ministres, des conseillers et Dieu seul savait qui d’autre encore. Durant tout le voyage dans cette tour, ils avaient été guidés par un homme, un majordome plus exactement, il les guidât dans le bâtiment, s’y perdre aurait été simple. La porte claqua à sa sortie, le Kazekage se dirigea vers Sokô, le détaillant discrètement, le samurai ne s’en formalisa pas, au contraire c’était bien normal. Shunsui sortait les phrases protocolaires qui avait dû être servie à tout dignitaire étranger.


-Kazekage-sama, merci de votre accueil, et ne vous excusez pas, cela nous offerts la chance de visiter votre village, et d’y découvrir les merveilles de votre pays. Dit-il en allant s’assoir, suivi par ses trois hommes.

Une fois tout le monde assis, le Kazekage demanda, ce qui était normal, ce qui amenait Sokô en ce lieu.

-Kazekage-sama, le but de ma venue est simple. Le pays du fer vient en ce jour, vous demandez d’instaurer une paix durable entre nos deux pays, aussi bien économiquement parlant que militairement. Mes paroles peuvent paraître directes, et je m’en excuse. Le général Mifune porte beaucoup de confiance en moi, mais aussi en vous Kazekage-sama, il a foi en vous et au changement que vous engendrez dans votre pays, et il espère que notre alliance potentielle puisse en engendrer d’autre et ainsi détruire le cycle de la haine que les pays majeurs créent à chaque guerre.
Revenir en haut Aller en bas
 

Le Pouvoir des Mots [PV Minamoto Sokô]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto no Agari ::  :: ~ Pays du vent - Suna ~ :: Quartiers administratifs-