♪ L'hiver arrive à grands pas, et nous nous sommes mis à l'heure pour accueillir les premiers flocons ~ Bienvenue aux nouveaux qui nous rejoignent dans la bonne humeur ♪ Jetez un œil à ce fabuleux concours : Le Concours de Décembre ♪

Partagez | 
 

 rose écarlate et racine rampante [PV Munefusa]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Shimura Danzô
Chef de la Racine/Membre du Conseil de Konoha/ « Le Renard »
avatar


Nombre de messages : 10

Shinobi's Identity
Experience:
0/0  (0/0)
Prime:

MessageSujet: rose écarlate et racine rampante [PV Munefusa]   Lun 24 Sep - 20:20

La Racine s’était déplacée et avait pris le chemin du désert du Pays du Vent. Le Pays du Vent, une sorte de tas de sable et de poussière très aride, pas étonnant que cette nation ait de gros problèmes de ressources quand on pouvait voir la situation géologique et topologique de cette dernière. Comme à chaque année, l’examen Chuunin avait eu lieu, moyen pour le Pays du Vent et le Pays du Feu de renforcer leur alliance. Il y avait cependant un autre évènement annuel beaucoup moins connu car très éloigné du grand public : la rencontre des services secrets et des forces spéciales de Suna et de Konoha. Une rencontre dans un lieu neutre et tenu secrets dont seuls les Kage et les organismes concernés connaissaient. Chaque village envoyait un représentant qu’il jugeait « digne » de cet évènement. Danzô avait toujours refusé toute action diplomatique avec les puissances étrangères…mais cette année la nouvelle Hokage avait décidé que ce serait au chef de la Racine de ce rendre à cet évènement…cherchait-elle à socialiser le vieil homme ? Peut-être tout simplement à l’éloigner un peu du village et à lui donner de l’occupation pour éviter qu’il ne soit trop présent dans les affaires de la jeune femme. Avait-elle ce degré de réflexion ? Cela aurait été étonnant de la part d’une femme vêtue d’un tel accoutrement et prenant la succession de la Princesse Tsunade. Le voyage avait duré plusieurs jours et déjà le soleil de plomb sur les terres arides du Pays du Vent se faisait sentir. Même si Danzô était tout à fait capable de se rendre seul au lieu de rendez-vous, il avait pour l’occasion dépêché une escorte de quatre ANBU de la Racine…puisqu’on n’est jamais assez prudent. Le lieu de rendez-vous était un ancien bâtiment de Suna qui se trouvait dans une zone secrète du désert…typiquement le genre de symbole visant à garder une telle réunion secrète, même si elle tenait plus de la routine qu’autre chose. Danzô avançait lentement dans le sable, sa longue robe brune frottant dans l’immensité de la mer dorée…traçant un sillon ressemblant à celui d’une vipère des sables…le type d’analogie qui renforçait le côté menaçant du vieil homme totalement impassible. Le conseiller portait une sorte de châle sur la partie supérieure du corps, ce dernier formant une sorte de cagoule pour le protéger du soleil…quatre ANBU l’escortaient, en silence…telle était la délégation de la Racine, une organisation silencieuse et mystérieuse qui sévissait au sein de Konoha depuis des années. C’est alors que le petit groupe arriva devant une bâtisse de pierre, une sorte de vieux bâtiment dont le toit était soutenu par des colonnes. D’après les cartes, il s’agissait du lieu de rendez-vous. A en juger la patine du bâtiment, il n’était plus utilisé depuis longtemps…à moins que ce soit une couverture. D’après les ordres qu’il avait reçu, Danzô devait rencontrer une jeune ANBU de Suna répondant au nom de Saiizou Munefuna…il n’en avait jamais entendu parler, probablement une jeunette de la nouvelle génération. Le vieux renard voyait en ce point de détail une aubaine qui lui permettrait d’en savoir plus sur Suna et ses manigances…Danzô n’avait jamais affectionné le Pays du Vent, ses dirigeants avaient toujours été si…fourbes. Le changement de dirigeants n’allait pas aider à un changement d’opinion. Laconique…froid…le vieil homme s’adressa à ses hommes.

« A partir d’ici, j’évoluerai seul. Nous sommes en territoire ennemi, ne le perdez pas de vue. Dispersion ! »

Alors que l’homme à l’œil bandé terminait sa phrase, les quatre ANBU de la Racine prononcèrent un « Compris ! » en cœur avant de disparaître à la rapidité de l’éclair. Lentement mais sûrement, le vieux conseiller ôta son couvre chef et le rangea dans un pan de son kimono tout en se dirigeant vers le vieux bâtiment. L’homme entra dans le couloir sombre et obscur qui servait de hall. La fraîcheur propre aux vieilles pierres enveloppa directement Danzô. Le lieu de rendez-vous était la grande pièce se trouvant au centre du bâtiment, semblable à une nef.
Dans la pénombre du bâtiment éclairé uniquement par des rayons de soleil passant par les ouvertures retentissait le bruit caractéristique et répétitif de la canne du vieil homme, un « poc-poc-poc » répétitif et régulier qui devait s’entendre dans la grande pièce alors que l’homme apparaissait. Shimura Danzô, conseiller de Konoha s’avança légèrement, apparaissant alors dans la lumière. Il y avait bel et bien une jeune femme, une jeune femme dont l’apparence même contrastait avec celle du vieux conseiller : des vêtements colorés constitués d’une combinaison noire moulante avec une veste blanche et le motif du sable…des cheveux blancs comme la neige et des yeux dont le turquoise n’aurait rien à envier aux mers du Pays des Tourbillons. Une beauté éclatante qui aurait probablement fait vaciller n’importe quel homme…Danzô aurait peut-être succombé lui-aussi plusieurs dizaines d’années auparavant quand il était encore jeune et insouciant…le vieux conseiller avait cependant évolué et seul le devenir du village comptait à ses yeux…prisonnier de ses idéaux rétrogrades et anciens, il arborait la robe terne et le kimono blanc…un de ses yeux était bandé à l’aide de bandages grossièrement noués. Tout en le vieil homme aspirait à l’antipathie et sa canne était à son image, d’une simplicité affligeante…taillée dans le bois massif de la racine d’un chêne centenaire. Danzô ne cilla pas, il resta quelques minutes immobile, scrutant de son œil mi-clos la jeune femme devant lui. Une voix grave et totalement assurée s’échappa alors de sa bouche.

« Je déduis que vous êtes Saiizou Munefusa, représentantes des forces spéciales de Suna. Pour ma part, je suis Shimura Danzô, chef de la Racine et représentant de Konoha. »


Le vieil homme s’appuya sur sa canne et laissa le silence de la pièce les envelopper. Il ne prononça plus aucun mot, son œil toujours à demi-clos, engoncé dans son orbite creusée par l’âge, un peu à l’image des rides qui bardaient le visage de Danzô. Si Munefusa avait eu accès aux dossiers (normal pour une ANBU), elle reconnaitrait ce nom, Danzô était fiché à Suna depuis plus d’une cinquantaine d’année, étant considéré comme une personnalité politiquement dangereuse et vectrice de trouble, ayant prôné la militarisation de Konoha et étant favorable à de nombreuses opérations musclées pour « préserver la paix ». En dépit de son aspect irascible, le vieil homme devant elle n’avait pas grand-chose de menaçant, il se déplaçait avec une canne, avait un bras invalide et visiblement un œil en moins. Maintenant il allait falloir plus que de la bonne volonté à Munefusa pour entamer un dialogue avec Danzô.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: rose écarlate et racine rampante [PV Munefusa]   Mar 25 Sep - 19:39

Dire qu'elle était euphorique n'aurai pas suffit à exprimer l'état dans lequel elle se trouvait. Comme une preuve de plus de la confiance qui lui avait été acquise. Tellement gratifiant, qu'elle avait accepté avec empressement la mission qu'on lui avait proposée. Pourtant on lui avait laissé le libre choix de refuser, au vu du danger potentiel que pouvait représenter l'homme qu'elle allait devoir rencontrer. Envers tout elle avait dit qu'elle irai et ce d'une manière qui laissait clairement entendre sa détermination. La force d'une toute jeune femme qui n'avait encore jamais été déchirée par la guerre et qui portait encore en elle l'espoir de toute une nation. L’innocence de l'enfance. Dès lors, elle s'était jetée sur tous les dossiers qui mentionnaient de près ou de loin le nom de Shimura Danzo, elle bus littéralement ses succès tout comme ses accès de violence. Ses méthodes, sa hargne, son patriotisme...tout elle lut tout. La réputation de l'homme n'était plus à faire. Munefusa en revanche avait tout à apprendre, à prouver et elle comptait bien captiver parfaitement son auditeur.

La première chose qui apparu dans ses lectures fut que Danzo, malgré son grand âge était un véritable monstre de puissance. Elle accorda à sa violence démesuré le bénéfice du doute. Après tout, ses rapports avaient été écris par des hommes qui avaient probablement subit de plein fouet une défaite et doutait de l'objectivité de leurs propos. Le second point avait mené à une discutions animée. L'escorte qu'elle avait catégoriquement refusée lui serait tout de même assignée. Il était hors de question qu'elle traverse le désert seule jusqu'au vieux fort désaffecté. Les bras croisés sur sa poitrine, elle s'était renfrognée à la manière d'une petite fille. Elle serai la seule à rencontrer l'homme, alors à quoi bon mener une campagne de terreur ? Une démonstration de force comme elle ne voulait pas. S'il était méfiant au point d'emmener sa garde, le fait qu'elle ne vienne pas seule ne ferai que renforcer les craintes du vieil homme. Ce n'était pas la solution, expliquait-elle en vain. En vain par ce que bien qu'elle ai raison, il ne fallait pas se leurrer et reconnaître qu'aucun des hommes présent dans la pièce n'avaient l'intention de lui obéir et de la laisser mener cette action seule. Bon-gré , malgré elle serai suivie.

La joie de ce qu'elle avait l'occasion d'accomplir remplaça bien vite sa colère de n'avoir pas été entendue. Elle était tellement heureuse à l'idée d'engager une action diplomatique. Pour une fois qu'elle pouvais simplement essayer de comprendre de savoir par les mots et non pas par la pression ou la violence. L'air de rien, le cœur léger. C'était parfaitement en paix avec la situation que la jeune femme avait pris la route. Depuis quelques jours, elle n'avait pas eu l'occasion de poser le pied dans le désert et lorsqu'elle toucha à nouveau le sable roux et brûlant du pays du vent fut comme une libération. Elle eu l'impression de faire corps avec le désert, une vague de puissance s'empara de son esprit. Elle se bardait intérieurement. Ce pays qui l'avait accueillie comme l'un des siens et désormais elle devait montrer à quel point elle était reconnaissance. Elle pensa à tout ce qu'elle avait accomplit jusque là. Elle se senti sure. Elle engagea le pas, rapide. L'euphorie de ses débuts. Un instant elle retourna à l'époque de son diplôme. Le jour ou elle avait été promue genin. La joie.

Le lieu de rendez-vous était en vérité une ancienne forteresse. Une tour d'observation qui était tombée lors du coup d'état qui avait destitué le shishidaime. Elle n'y était pas retournée depuis...depuis que la guerre civile avait été finie. A cette époque la elle n'avait pas bien compris tout les enjeux. À vingt ans sans blague. Tu parles si tu y comprend quelque chose aux conflit sociaux-politiques ! Que dalle. Ça avait été juste une débâcle totale. Un jour tout allait bien et le lendemain on déclarait la guerre et on engageait l'armée contre le peuple pour mettre à mort la moitié des hauts fonctionnaires. Elle n'avait pas été traumatisée par les événements pour la simple et bonne raison que tout était allé bien trop vite. Par ce dans son jeune âge elle avait été entraînée par le feu de la révolte. Des revendication pour la paix et le renouveau Sunajin. Elle avait un peu mûrit depuis. Pas tellement au vu de ses réactions et de ses rires incessants mais elle savait désormais tout ce que cette rencontre pouvait bien signifier.

Lorsqu'elle pénétra la nef principale au cœur de souvenir, qui palpitaient encore faiblement, elle était seule. L'édifice austère la mit mal à l'aise. Presque aussitôt elle se senti nerveuse. Un millier de doute à la gorge. Si tout se passait mal ? S'il la méprisait pour son jeune âge et son inexpérience ? si elle n'avait pas les bons mots et qu'elle l'offensait?Munefusa n'eût pas le temps de s'attarder sur ses peurs d'enfant. Des bruits raisonnaient contre le marbre de la bâtisse. Des bruit de pas en trois temps, une démarche claudicante. Elle se redressa et se tourna bien vite vers ce lui qui s'était présenté. Elle scruta le visage ridé du vieil homme avec une curiosité mêlée de crainte. Malgré les épreuves du temps il transparaissait encore en cet homme les vestiges de sa jeunesse. Quelque chose de percutant. Un sourire radieux illumina les traits de la jeune femme. Son regard se fit plus pétillant que jamais.
_Vous venez de loin. dit-elle d'abord , parlant ainsi tant du voyage qu'il venait d'accomplir que de l'époque qui l'avait vu naître. Elle pensa aux guerres, aux peuples qui s'entre déchiraient. Un instant elle se sentit vraiment très triste pour cet homme qui n'avait probablement jamais été aussi heureux et en sécurité qu'elle même l'avait pu être. Ses prunelles de mer et de ciel se brouillèrent un court instant avant de retrouver leur clarté. Elle coinça une mèche de cheveux blancs derrière son oreille droite,avec le sourire.
_ C'est cela même. Saiizou Munefusa. Je suis honorée, Shimura Danzô-donno. elle s'inclina par respect avant de désigner les chaises rangées aux font de la salle, sans trop savoir comment dire oralement qu'elle se souciait franchement de voir un si vieil homme rester debout après pareil voyage.
_Cette rencontre est sencée renforcer la bonne entente entre nos deux pays, et il me semble que je dois quelques explications au votre quant aux récents événements. elle inspira profondément pour faire disparaître les dernières traces de doutes en elle. Saiizou fit trois pas en direction des sièges espérant qu'il la suivrait et accepterai de s'asseoir. Ils seraient ainsi sur un pied d'égalité et moins tenter de lancer des invectives. Il allait sans dire qu'elle craignait le vieux dragon mais elle espérait réussir à lui donner confiance en elle.
Revenir en haut Aller en bas
Shimura Danzô
Chef de la Racine/Membre du Conseil de Konoha/ « Le Renard »
avatar


Nombre de messages : 10

Shinobi's Identity
Experience:
0/0  (0/0)
Prime:

MessageSujet: Re: rose écarlate et racine rampante [PV Munefusa]   Jeu 27 Sep - 20:05

Le vieux Danzô était resté totalement silencieux et avait laissé la jeune femme s’exprimer. Une jeune femme d’une beauté impressionnante, probablement choisie en partie grâce à ces caractéristiques. Qu’espérait Suna ? Destabiliser le chef de la Racine ? Probablement pas, le village caché du sable savait très bien que le vieil homme n’était pas tombé de la dernière pluie et que sa véritable force demeurait en son expérience. Une expérience qui avait traversé les âges et les conflits. Peu nombreux étaient les ninjas qui atteignaient son âge. Cela était du au chakra de Danzô, un chakra peut être pas aussi important que celui d’autres grands ninjas, mais suffisamment conséquent pour lui permettre d’accepter les greffons d’Hashirama et les Sharingan qu’il s’était fait greffer sur son bras et aussi qu’il s’était transplanté derrière ses bandages. Certes manier une aussi grande quantité de Sharingan sans le sang Uchiha était compliqué mais le greffon d’Hashirama le lui permettait. Ainsi Danzô était devenu le paroxysme du Shinobi, il avait renoncé à son intégrité physique pour devenir une arme…un assassin silencieux qui n’avait plus aucune pitié et avait formé la Racine…une organisation aux pratiques très strictes qui fabriquait des ninjas efficaces depuis l’enfance. Ainsi Danzô et la Racine constituaient l’unique rempart encore valide pour protéger Konoha de ses ennemis…en un sens il était positif que ce soit la Racine qui ait été choisie pour représenter le village durant cet entretien. Ainsi le village de Suna allait connaître la véritable valeur des ninjas de Konoha…les nouvelles générations étaient bien trop permissives et il était temps de les éduquer. En dépit de son jeune âge et de son apparence plutôt remarquable, la jeune ANBU se comporta avec un profond respect envers Danzô, un respect qui ne laissa aucune place à la remontrance du vieux conseiller. La jeune femme proposa à l’homme d’aller s’assoir au fond de la salle…cette proposition n’était d’ailleurs pas du luxe puisqu’il avait traversé tout le désert et qu’à son âge, ce n’était pas une promenade de santé. Lentement mais sûrement, le vieil homme se dirigea vers la chaise et s’y laissa choir, laissant sa canne balancer entre ses mains. Le conseiller de Konoha avait entendu les requêtes et les paroles de la jeune femme et laissait une fois de plus le silence s’emparer de l’entretien. Le silence…il était l’arme la plus redoutable du Shinobi…redoutable par son inactivité et l’indifférence qu’il véhiculait. L’expérience avait appris à Danzô que le silence mettait toujours les gens mal à l’aise et qu’il les forçait à se dévoiler lorsqu’on cherchait à sonder leur esprit. Au bout de plusieurs minutes, le vieil homme se mit à parler, de la même voix grave et froide qui le caractérisait, celle d’un homme qui avait vécu plusieurs guerres et dont la méfiance était palpable. Suna avait été à l’origine d’une attaque de Konoha de manière indirecte, Orochimaru ayant tué un précédant Kazekage afin d’attaquer le village caché de la feuille.

« C’est une sage décision. Je dois vous avouer que c’était ce que j’attendais en tant que dirigeant de la Racine. Puisque vous avez commencé sur ce sujet, je vais donc vous laisser poursuivre, je m’exprimerai par la suite. Il est vrai que l’attaque de Konoha par Orochimaru et le village de Suna a coûté la vie d’un Hokage et que cette attaque a bien failli causer notre perte…je suis curieux de connaître la position des institutions en place à Suna actuellement sur ces évènements. »


Lentement, doucement, Danzô se révélait. Il était temps pour Munefusa de s’exprimer. Une fleur qui semblait venir à peine d’éclore, voilà ce qu’était la jeune femme aux yeux du vieil homme. Le chef de la Racine s’était assis, il ressentait mieux les pulsations de son chakra, prêt à utiliser ses Sharingan à la moindre menace. Munefusa ne semblait pas être là avec des intentions hostiles…ce n’était probablement pas le cas car la jeune femme semblait charmante et bien éduquée sous tout rapport mais là-encore, l’expérience de Danzô l’avait conditionné à se méfier d’ennemis potentiels comme Suna…il n’était pas à l’abri de pièges de la part de l’ANBU du village du Sable ou alors de stratagème visant à l’amadouer…seul l’avenir de l’entretien lui permettrait d’être fixé…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: rose écarlate et racine rampante [PV Munefusa]   Jeu 27 Sep - 23:47

Pas au mot n'aurais pus exprimer le soulagement lorsque le vieil homme accepta en silence de s'asseoir. Le silence était devenu presque secondaire tant la joie de cette victoire personnelle avait émue la jeune femme. Ses yeux s'étaient mis à pétiller avec force alors qu'elle fixait l'homme avec curiosité, déterminée à ne pas se laisser impressionnée. Munefusa n'avait pas peur du silence bien au contraire mais elle dus admettre que celui là rendait l'air tendu. Elle laissa courir ses yeux sur la constructions qui les abritait. L'édifice semblait lui chanter un air d'une autre époque. Lorsque Shimura Danzo accepta de parler bien que plein d'un certain reproche, ce fut un apaisement sans nom pour la Shinobi. Elle ne l'avait pas pas offensé et il semblait près à discuter avec elle. L'importance qu'avait cette réussite n'était pas tant importante pour le village que pour l'accomplissement personnel de la femme. La diplomatie était l'arme qu'elle préférait. Après tout elle différait des autres en cela d'abord : Munefusa Saiizou était faite de plus d'amour que du reste. C'était plus difficile d'aimer, mais bien plus doux pour sa conscience. Pour son âme. Elle résista à l'envie de jouer avec ses doigts, pour chasser une timidité qu'elle ne se connaissait pas et qui arrivait au galop.

Lui, il attendait silencieusement qu'elle lui raconte ce qu'il voulait savoir. Silencieusement . Ce mot prenait de plus en plus d'importance dans l'esprit de l'ANBU. Il n'avait pas la même signification que « en silence ». les gens qui écoutaient en silence faisaient toutes sortes de bruits étranges. Avec leurs pieds, avec leurs langues, leur respiration...Shimura Danzô en revanche écoutait dans un silence absolument impénétrable, s'était à peine si le balancement de sa canne faisait frémir l'air. Tout son être semblait être concentré sur la notion même de silence. C'était d'autant plus perturbant que le propre corps de Munefusa semblait réagir seul à cette attitude se concentrant dans l'absence de bruit à son tour. Ce n'était pas quelque chose de conscient mais le langage corporel écrasant du vieillard semblait imprimer des ordres jusque dans les chair de sa vis-à-vis. Elle comprit que faire l'éloge de son village comme une fanatique et se cantonner à sa position ne ferai qu’aggraver la situation entre leurs nations. De par sa nature et son jeune âge Saiizou était encore très malléable et elle pouvait se permettre ce genre d'approche. Elle doutât qu'une personne que la vie avait autant éprouvé que Shimura Danzô ai encore la capacité et le désir de le faire.

Elle jouerai la carte de la franchise avec lui et ce jusqu'au bout. Elle expira tout l'air de ses poumons avant de reprendre doucement sa respiration et de river ses prunelles tant expressives sur le visage de son locuteur. Elle tenta de l'imaginer lui à son âge. En scrutant ses traits elle tenta de deviner ceux de son adolescence. Il avait être beau à une époque, avant que la guerre de ne ravage tout sur son passage et ne déchire son cœur et son corps. Elle souris doucement. Comme si elle pouvait épancher quoique se fut par ce biais. Elle se trompait et une part d'elle en avait conscience, l'autre refusait d'avouer que ses sourires n'avait pas toujours d'impact.
_Je ne suis pas originaire d'ici. J'étais encore une enfant à mon arrivée sur ses terres et à cette époque la politique en place était une véritable tyrannie. Le Shishidaime était un homme corrompu qui ne parlait pour cracher son venin sur tout ce qui vivait. Savez-vous le feu qui à monté dans les veine de la jeunesse Sunajin cette année là? elle semblait quelque peu peinée à la mention de ce passage de sang et de violence envers ceux qui étaient ses frères désormais. Ces gens qui l'avaient accueillis avec chaleur.
_ Je n'avais pas encore vingt ans et j'ai pris les armes avec mes frères. Nous avons engagé la révolte sous le commandement d'un jeune homme qui est aujourd'hui notre dirigeant. Combien d'entre nous sont morts ? est-ce qu'elle espérait toucher seulement un peu le cœur de l'homme en lui racontant la guerre civile qui avait investi tel un poisons les rues de Suna ? Sans doutes. Gagner son respect en lui parlant de l’événement qui avait le plus de chance d'avoir un lien avec son passé et ses guerres. Elle réfléchis un moment. Elle savait qu'elle avait des choses importante à dire mais ne savait pas exactement comme s'y prendre pour inclure en douceur tout ce qu'elle ressentait.

_ Le Hachidaime est tellement différent de tout les dirigeant que notre pays à pus connaître. Il est jeune c'est peu être la seule qu'on peu lui reprocher dans le fond. Il à apporté la paix dans notre contrée. Nous à lavé de toute la honte et la culpabilité qui tombait sur nous. Nous ne sommes pas hostiles envers qui que se soit et notre Nation n'as pas l'intention de meurtrir votre village une fois de plus. Rien n'effacera la souffrance que nous avons pus infliger par le passé, mais nous ...nous ne sommes plus les mêmes aujourd'hui nous ne somme pas responsable de la folie de quelques uns. elle avait légèrement haussé la voix sous l'effet de l'émotion qui la saisissait. Et elle ne comptait pas changer quoique se soit à cet état de fait. Munefusa était de ceux que s'il avaient envie de pleurer, alors elle le faisait. Si elle voulais rire, elle le faisait aussi. Ce qui la saisissait était à mi-chemin entre la douleur et la colère. Les larmes étaient présentes mais ne coulaient pas encore. Elle n'avait pas décroché son regard de celui du vieil homme une seule fois depuis qu'elle avait commencé à parler. Ils étaient différents. Munefusa aimait suna mais elle aimait par dessus tout le désert. Elle aimait sa toute puissance et sa sagesse enfoui. Elle aimait tant son calme que ses tourments, sa rage la plus intense qui devenait tempête pour tout ravager. Munefusa rêvait de devenir le désert. Au fur et à mesure que sa respiration s'appaisait elle recouvrais son sourire doux et ses prunelles passionnées, rêveuses et absolument captivée par la personne de son hôte. Leur bleu redevint aussi clair qu'un ciel sans nuages. Elle ferma les paupières pendant quelques deux secondes avant de les rouvrir.
_Est-ce que ce village sera jamais pardonné pour ses fautes ? Dites moi Shimura Danzô-donno, est-ce que vous haïssez les miens? elle demanda avec une naïveté toute enfantine et non feinte. Il y avait un soleil dans son cœur et rien ne pourrait détruire cette conviction que tout était amour. Par même la froideur de Danzô. Surtout pas. Elle voyait en lui une personnalité captivante mais trop éprouvée par la violence. Qui n'avait pas reçu assez de tendresse pour panser ses plaies.
Revenir en haut Aller en bas
Shimura Danzô
Chef de la Racine/Membre du Conseil de Konoha/ « Le Renard »
avatar


Nombre de messages : 10

Shinobi's Identity
Experience:
0/0  (0/0)
Prime:

MessageSujet: Re: rose écarlate et racine rampante [PV Munefusa]   Mer 3 Oct - 18:52

Le vieil homme considérait toujours son interlocutrice avec la même expression figée…totalement focalisé sur chacun de ses mouvements et chacune de ses expressions, analysant toute nouvelle réaction de la jeune femme. L’ANBU de Suna avait réagi correctement au silence et s’exprimait maintenant, comme elle l’avait promis. Là encore, les sourires de la jeune femme ne décrochèrent rien de la part du vieil homme qui, cependant, restait totalement concentré sur ses paroles et son attitude, comme s’il cherchait à lire dans son âme, à comprendre comment elle fonctionnait avant de faire quoi que ce soit. C’était un peu le cas, les capacités d’analyse de Danzô l’avaient mené là où il en était actuellement…un homme avec de grosses responsabilités au sein du village caché de la Feuille…un pacte secret et caché envers la vertu. La vertu du Shinobi était une chose oubliée des nouvelles générations…tous ces principes et ces traditions, Danzô les avait vécu et expérimenté, il savait qu’on ne pouvait objectivement s’y soustraire…quoi qu’en pense les trois derniers Hokage…un ninja reste un homme totalement focalisé sur ses objectif, une arme entre les mains de son maître.
Ainsi la jeune Munefusa n’était pas originaire de Suna…il était étrange qu’elle ait été recrutée dans l’ANBU alors…les étrangers n’étaient pas très bien vus dans les villages ninjas dont ils n’étaient pas originaire et se faire une place au sein des troupes ninjas était particulièrement compliqué. Enfin, le Kazekage précédant avait été renversé et un bon nombre de ninjas avaient participé à sa destitution, chose qui pouvait expliquer l’accession de Munefusa à un tel rang…ou peut-être était elle tout simplement un élément brillant ou doté d’un pouvoir héréditaire qui avait été remarqué par Suna. Utiliser le Sharingan pour plonger dans l’esprit de la jeune femme et le disséquer aurait été une méthode ô combien plus radicale et efficace pour sonder son esprit et savoir tout ce qu’elle savait mais ce n’était pas envisageable. Avoir recours à un tel sort pouvait s’avérer infructueux si Munefusa avait entraîné ses yeux et son esprit à se soustraire aux Genjutsu…de même, si la jeune femme était accompagnée, cela aurait pu se solder par l’intervention de son escorte. Dans les deux cas, tout l’entretien se serait soldé par un incident diplomatique majeur entre Suna et Konoha, chose qui n’était pas envisageable et mettrait sensiblement l’intégrité de la trêve et des ententes entre les deux villages. De toute manière, pour le moment Munefusa informait Danzô…et ce dernier ne voulait pas recourir à son précieux jutsu inutilement. Les explications sur la révolte de Suna tombèrent alors, c’était bien là la preuve formelle que les intensions de la jeune ANBU n’étaient pas bellicistes. Le vieil homme à l’œil bandé laissa encore quelques secondes s’écouler, comme s’il sirotait un bon thé et se mit alors à répondre.

« Votre ancien dirigeant était un être corrompu…nous nous accorderons là-dessus. Ses décisions égoïstes et méprisables à l’encontre des autres villages ont failli coûter plusieurs fois la guerre à votre village…pourtant une puissance respectable dans les temps anciens. Je ne comprends toujours pas pourquoi Chiyo du Conseil n’a pas accédée au poste de Kazekage à la place du Shishidaime. Les décisions qui ont été prises par ce dernier ont mené à une révolte terrible, mais un changement de chef était nécessaire à votre village. »


L’homme s’était enfin décidé à s’exprimer, levant le long voile de silence qui l’avait caractérisé jusqu’à présent et qui avait pu mettre mal à l’aise son interlocutrice. Des paroles qui semblaient posées dans le temps et dont la résonnance dans les vieilles pierres du fort ne faisait qu’accentuer la sagesse. Les choses étaient ainsi et d’un côté, Munefusa ne pouvait être blâmée, elle avait suivi les traces de ses chefs et avait finie par se rebeller…qui pouvait savoir ? Peut-être que le nouveau Kazekage se révélerait être un homme qui renouerait avec la tradition ninja…un homme de valeur. Cette possibilité n’était pas à écarter…Danzô ressentait cependant une touche personnelle dans le récit de Munefusa, un ninja se devait de ne pas trop se dévoiler…la jeune femme ne l’avait pas vraiment fait. Le vieil homme continua donc à la question de la jeune femme.

« Un village est évalué par ses actes…le changement de Kazekage remet les compteurs à zéro. Pour ma part, la majorité de ma vie est derrière moi, je n’ai pas la prétention d’être juge capable de répondre à la question que vous m’avez posé. Je n’ai aucune rancœur envers personne, je suis un shinobi, mon unique préoccupation est de défendre mon village s’il est menacé…si Suna menace Konoha, je suis un ennemi de Suna, mais dans le cas contraire, Suna n’a rien à craindre de moi. La mission du Shinobi est de défendre et de servir en mettant de côté ses sentiments personnels, c’est dans cette optique que nous avons été formé, ne pensez vous pas ? »

Ainsi Danzô était définitivement sorti de son silence. Son œil unique fixait intensément Munefusa, la plongeant dans l’obscurité de sa pupille qui semblait sans fond. Sans fond…une sorte d’immense puits insondable dans lequel reposaient tous les secrets du vieil homme…toutes ses peines et toutes ses angoisses aussi…le tout bien enfoui sous des dizaines d’années d’expérience à camoufler ses sentiments…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Misaki Hinari
Administratrice/Rokudaime Hokage
avatar


Nombre de messages : 202
Sexe : Féminin

Shinobi's Identity
Experience:
37/100  (37/100)
Prime: /

MessageSujet: Re: rose écarlate et racine rampante [PV Munefusa]   Ven 16 Nov - 19:31

[Des nouvelles ?]

_________________

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image] Just gimme more [Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: rose écarlate et racine rampante [PV Munefusa]   

Revenir en haut Aller en bas
 

rose écarlate et racine rampante [PV Munefusa]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto no Agari ::  :: ~ Pays du vent - Suna ~ :: Dunes de la Perdition-