♪ L'hiver arrive à grands pas, et nous nous sommes mis à l'heure pour accueillir les premiers flocons ~ Bienvenue aux nouveaux qui nous rejoignent dans la bonne humeur ♪ Jetez un œil à ce fabuleux concours : Le Concours de Décembre ♪

Partagez | 
 

 Intolérable cruauté [Pv, Hidan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kaguya Ruka

avatar


Nombre de messages : 45
Sexe : Féminin

Shinobi's Identity
Experience:
0/0  (0/0)
Prime:

MessageSujet: Intolérable cruauté [Pv, Hidan]   Mer 21 Nov - 7:44

Toujours continuait son errance, au-delà des montagnes de la foudre. Sa route sans fin, elle la poursuivrait jusqu’au bout du monde. C’est la mer du Pays de la brume qui coule dans son sang, qui coule dans ses veines. Cependant, ce ciel, cette brume, ces souvenirs… Valent-ils la peine qu’elle y retourne ? Bohémienne, le mieux est d’oublier d’où elle vient. Maintenant, fille de grands chemins, qui pourra dire où elle sera demain ? C’est écrit dans les lignes de sa main.

Les eaux calmes, les forêts sombres, les grandes plaines vides. C’était ce qui la rendait encore heureuse, c’était les lieux qui l’attiraient lors de ses longs voyages entre quelques nuits dans une auberge malfamée. Ces endroits réputés pour leurs chambres miteuses et leur nourriture qui laisse à désirer. De ces environnements naissent l’ivresse et la dépression. De là où nous faisons tous la connaissance de personnes indésirables, là où se cachent les sujets des meurtres les plus crapuleux. Ce genre d’endroit où Ruka passe la plus grande partie de son temps afin de se cachée de ceux qui la recherchent, de ceux qui pourrais signifier un danger pour elle. Ce n’était peut-être pas le meilleur endroit pour passer son temps, mais lorsque nous n’avons pas les moyens de s’enchanter avec le luxe, ces endroits sont toujours les bienvenus lorsque nous en avons besoin. Ce lit pas très confortable, mais assez chaleureux pour la somme versée. Toujours mieux que cette terre humide et cette herbe glacée dehors, mieux que cette paille avec ces cochons et cette boue. Lorsque nous tombons si bas, il est toujours possible de trouver mieux et pire que ceci. Cependant, il reste toujours ces situations désespérer où même les enfers sont fraiches et calmes.

Ses doigts entouraient cette étrange poignée de cuivre. Ouvrant ensuite cette porte faisant circuler un courant d’air chaud à l’odeur de vieux foyer, cette dernière entrait lentement en refermant derrière elle cette grande porte se lamentant. Un silence brisait l’ambiance chaleureuse de la place. On la fixait de tous les coins. Cette jeune femme cachée sous sa longue tunique d’un rouge aguicheur et au large capuchon, avançait lentement vers le bar où se situait le propriétaire. Le vieux bois vernis craquait à tous ses pas, ses pas qui salissaient de boue le plancher. Quelques goûtes tombaient sur son passage qui s’allongeait jusqu’à sa destination. Une fois arrivée au comptoir, celle-ci prenait place sur un tabouret. Relevant lentement ses mains vers son capuchon, celle-ci le reculait pour le faire glisser le long de sa chevelure pour s’arrêter sur ses épaules jusque sous ses omoplates. Ne regardant que le propriétaire la jeune femme attendait son approche avant de lui demander :

- Vous seriez bien aimable de me donner une chambre ainsi qu’une bouteille de saké chaud.

Ce dernier la dévisageait lentement d’un air qu’on pourrait définir pervers louchant légèrement vers sa poitrine bien mise en valeur par un corset noir. Lentement, ce dernier partit un peu plus loin la laissant seule. Certaines personnes recommençaient à parler et l’ambiance reprenait lentement leur cour. Maintenant que le malaise était partit, la demoiselle soupirait en baissant les yeux vers le bar. Après quelques secondes, cette dernière regardait à ses cotés les hommes qui la regardait étrangement. Soupirant, Ruka tournait sur son tabouret pour s’adosser au comptoir. Jambes croisées, celle-ci posait ses coudes contre le bar en regardant dans la pièce. On parlait, riait et buvait. Certains mangeait et d’autres dormaient sur les tables. Cet endroit indélicat ne faisait qu’encourager les comportements masculins inexplicables mais qui pourtant les dénis tous aussi bien les uns et les autres. C’était comme si en ces lieux, aucune forme d’impolitesse existait, tout semblait permis et rien ne semblait être un manque de respect. D’un coté, ce genre d’endroit n’était pas si désagréable. On s’y sentait rapidement chez sois lorsque notre mode de vie nous le permet. Cependant, ce n’était pas le cas de notre jeune kunoichi :

- Tennez.

Se retournant vers le comptoir en ramenant ses bras, la jeune femme pouvait voir le propriétaire glisser une bouteille de saké fumante et une clé de chambre sur le bar. Lui répondant avec un petit sourire, cette dernière sortait de sa poche une cinquantaine de ryos et les glissait sur le comptoir en guise de monnaie d’échange pour bénéficier de sa chambre et son saké. Les prenant les deux, la jeune femme empruntait les escaliers qu’il y avait plus loin afin de monter à l’étage. Une fois avoir terminée de faire craquer chaque marche sous ses pieds, la dame arrivait en haut suivant le couloir en regardant chaque porte pour trouver celle correspondant au numéro qu’il y avait sur sa clé. Les sons semblaient déjà beaucoup moins forts, même que ce n’était qu’un petit bruit de fond maintenant. Arrivant à la dernière chambre au fond à gauche, Ruka glissait la clé dans la serrure pour ouvrir. Elle entrait dans la chambre refermant la porte derrière elle. Cette dernière faisait glisser sa clé dans son décolleté et prenait de bonnes gorgées de saké en se dirigeant vers la fenêtre. Le posant devant cette grande vitre, la demoiselle posait sa bouteille et ses mains sur le cadre de cette dernière.

Observant la lune, là haut s’allumant, cette dernière rêvassait. Plusieurs mots sans significations lui passaient dans la tête, plusieurs images sans raisons lui faisaient fermer les yeux. Les mémoires de toutes ces victimes qu’avait faites cette nuit il y a de cela peut-être six années mais qui encore aujourd’hui demeurent si près. Ce genre de souvenirs que même avec tous les efforts du monde, aucun ne réussirait à l’oublier. Reprenant de grandes gorgées de son saké, cette dernière reposait sa bouteille en ouvrant les yeux pour regarder devant elle. Derrière cette fenêtre, la pluie noyait la terre et se frappait contre la vitre. Impossible de dormir avec ce vacarme. De plus, la fatigue n’arrivait à l’atteindre pour le moment. La demoiselle quittait alors sa chambre verrouillant derrière elle. La kunoichi descendait vers le premier étage et se dirigeait vers la porte de sortie en remontant son grand capuchon pour cacher ses longs cheveux blanc ainsi que son visage. Sortant de l’auberge, la dame partait sur la route profitant de toutes ces bonnes odeurs que lui amenait la pluie. L’humidité des forêts, la terre mouillée et les feux de foyer qu’exhibaient les cheminées. S’aventurer plus loin, les lumières de l’auberge rayonnait et brillaient entre les arbres. Dans ce sombre boisé, celle-ci pouvait enfin se sentir seule.

Marchant entre les troncs coupés, les petits arbres et les gros, Ruka se frayait un chemin entre eux trouvant un peu plus loin un arbre couché. Délicatement, la jeune femme s’assoyait dessus en relevant la tête vers le ciel. Sa capuche glissait lentement de sa tête jusqu’à tomber sur ses épaules, dévoilant son visage. Les yeux fermés, elle profitait des goûtes de pluie. Ces petites goûtes glissant sur sa peau tombant sous son menton en suivant sa gorge refroidissant sa poitrine. De grands frissons envahissaient son corps, cette sérénité, cette paix la détendait. Ouvrant ensuite les yeux les posant sur la lune, celle-ci n’avait d’attention que pour elle. « Bel astre solitaire, qui meurt quand revient le jour, entends monter vers toi le chant de la terre. Entend rugir le cœur de la bête humaine. Veilles sur ce monde étrange qui mêle sa voie aux chœurs des anges. » Ses pensées se libéraient, ses épaules semblaient plus légères comme si à ce même moment, plus rien ne comptait, comme si tout ce qu’elle avait peu faire n’était rien… Comme si les pages du livre de sa vie étaient vierges. Cependant, celle-ci demeuraient toujours tâchées de tout ce sang, ce rouge qui ne s’effacera jamais. Prenant tant de bon temps sous cette pluie abondante et glacée, sans vent ni petits courant froids, quelque chose troublait cette tranquillité. Une présence, une aura agitant celle de la jeune femme.

Ressentant cette étrange compagnie, le ninja déserteur de Kiri se mit à regarder autour d’elle. Ne remarquant pourtant rien d’anormal, celle-ci ressentait pourtant quelque chose. Se relevant lentement, faisant dos à la lune, cette dernière regardait dans les bois en direction de l’auberge. Rien ne semblait en venir ou en partir. Aucun mouvement hors le balancement des petits arbres touchés par la pluie. Sentant alors derrière elle une chaleur surprenante, celle-ci tournait la tête alignant son menton à son épaule en regardant un peu vers le bas sans regarder en direction de cette présence. L’odeur ferreuse du sang qu’amenait l’homme ne semblait pas de si bonne augure cependant il portant sur lui un second arôme plus agréable qui camouflait celle du sang la rendant légèrement moins méfiante :

- Normalement, personne n’arrive à être aussi près de moi sans que je n’aie peux le remarquer.

Tournant aussitôt les talons afin d’être face à cet inconnu, celle-ci le regardait de bas en haut assez surprise. Non pas seulement en remarquant à quel point il était près, mais son visage. Un regard violet et violent. Des yeux la dévorant, l’immobilisant presque, sa corpulence, ses hauteurs et sa largeur d’épaules. Qu’avait-elle à dire de plus, il était séduisant et il devait probablement le savoir à voir comment il portait son étrange manteau noir marqué de nuages rouges. Cette ouverture dévoilant son torse, un brin aguicheur mais agréable à regarder :

À qui ai-je l’honneur ? Dit-elle en plongeant son regard dans le sien tentant de lui noyer dans ce profond néant.


_________________
Les jolies femmes me conspirons, les gentils hommes m'envieront.
Vous ne me chérirai point du tout et ce sentiment ne fera que s'accroître au fil des jours

Dis-moi Invité, est-ce que tu me trouves belle ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Intolérable cruauté [Pv, Hidan]   Mer 21 Nov - 16:55

« J'espère que le prochain type qu'on combattra tiendra assez longtemps pour que je puisse me déchaîner un peu, j'en ai vraiment besoin »

C'est sur ces mots prononcés sous forme de SOS que Hidan reprenait la route au côté de son camarade de toujours. Loin d'être sous le feu des projecteurs, la dernière personne à avoir rencontré le duo immortel fut sans doute cette qui, sur un classement fondé au degré de la souffrance, devait être en pôle position. Mais comme toujours, la soif de sang du jashiniste n'était pas étancher et ce manque devenait perturbant. Cela faisait plusieurs jours qu'il parcourait les contrés avec Kakuzu, traquant, chassant tous ceux qui devaient l'être pour l'organisation. Après s'être encombré de leur nouveau compagnon de route, le binôme se dirigeait à présent vers le pays de la rivière. Le point d'échange se trouvant dans une auberge ouverte aux quatre vents.Rien de mieux si l'on souhaite passer inaperçus. Quand bien même on s'interrogerait sur le duo du groupuscule, mieux valait ne pas le faire longtemps sous peine d'en perdre inévitablement la vie. Les yeux d'Hidan se perdaient sur le chemin étroit et sinueux. C'était l'aspect ennuyeux de la chasse à l'homme : perdre son temps et parcourir des tonnes de kilomètres pour une somme qui devenait de moins en moins faramineuse. L'impatience du jashiniste atteignait rapidement son paroxysme et lorsqu'elle l'atteignait enfin, railleries et quolibets fuseraient. Le duo entrerait dans la boucle interminable fait de provocations et menaces. Bien que pour le moment il n'en était rien, cela ne tarderait pas à changer, comme toujours. À croire qu'Hidan aimait contrarier son partenaire impulsif au caractère méprisable et hautain. C'était plus qu'une certitude

S'arrêtant près d'un bosquet pour reprendre leur souffle qui s'estompait au fil des kilomètres parcourus, Hidan profitait de ce court laps de temps pour satisfaire sa vessie qui ne cessait de le harceler depuis quelques heures maintenant. Le plaisir avait beau être intense, il n'en restait pas moins minime contrairement à celui de souffrir en l'honneur de Jashin. Satisfait, Hidan s'empressa de rejoindre Kakuzu qui devait normalement être encore.. là.. visiblement ce n'était pas le cas. Comme toujours cette ordure infatigable ne prenait pas le temps de prévenir son partenaire. Le Jashiniste jura à l'égard de son compagnon avide de fric et repris la route tout en voyant le bon côté de l'absence de celui-ci. Il n'aurait pas à subir ses sautes d'humeurs et ses remarques désobligeantes tout comme ses menaces de morts prophétiques. Il en était tellement persuadé que celui qu'Hidan voyait comme un génie monstrueux n'en était peut-être pas un finalement. S'obstiner d'accomplir un objectif comme celui d'envoyer Hidan six pieds sous terre n'était que peine perdue.. et hélas il ne le comprenait pas. « Tant mieux qu'il soit devant !! Rahhh je n'avais jamais autant voyagé qu'autrefois mais ça commence à me saouler de le faire avec ce bel enfoiré qui ne pense qu'au fric ! Un jour, justice sera rendue » Paroles de réconfort pour se sentir moins seul. Il fallait au moins ça pour quelqu'un comme Hidan. Visiblement loin derrière son partenaire, Hidan pris sa faux en main en la braquant vers le sol. Les pointes frottaient la terre en laissant une solide traînée de terre fraîche. Le bruit de son arme n'apaisait en rien son envie de meurtrir

Il allait bientôt faire nuit et toujours pas de Kakuzu en vue. Seul son odeur de charogne perdurait sur le chemin qu'il empruntait depuis bientôt 3h. Épuisé, il avait sérieusement besoin de se détendre les nerfs. Mais à l'inverse de toute personne normalement constitué, sa façon était de loin très différente de celle des autres. Il avait un régime et il fallait s'y tenir. Pas de gaspillages, sa religion ne lui permettait pas. Et c'est avant tout grâce à celle-ci que Kakuzu faisait équipe avec lui. Les bras tombant, une odeur agressive de fumée s'encombra dans son nez. Il s'agissait sans doute de la demeure ou Kakuzu avait rendez-vous pour procéder au fameux échange. Enfin il arrivait ! Ce n'était pas vraiment une consolation, mais il espérait tout de même trouver des proies à éviscérer en l'honneur de Jashin avant de reprendre la route vers une destination qui lui est inconnue, comme toujours la plupart du temps d'ailleurs. Chassant ces quelques fumées par des revers de la main, une pluie insolente et glaciale intensifia son niveau d'agacement. Il bouillonnait de l'intérieur. Son reflex immédiat fut celui de crisper ses poings. C'était comme un automatisme qui signifiait que la limite allait être bientôt atteinte et bien que généralement dans ces cas-là, son névrosé de partenaire arrivait toujours à faire barrière à ses pulsions meurtrières, là ce n'était pas le cas. S'il parvenait à rencontrer ne serait-ce qu'une personne avant d'attendre l'auberge, celle-ci regretterait d'avoir croisé la route d'Hidan. Elle regretterait carrément d'être un jour né. Enfin bref, il était peu probable de rencontrer quelqu'un à une heure aussi tardive.

Un chakra à l'odeur de « chair » ravissait son visage. Finalement il aurait bien la visite de quelqu'un. Peut être de quoi étancher enfin sa soif de sang pour la nuit. Progressant un petit peu dans la forêt tout en grondant des injures à l'égard de celle-ci et de cette pluie, il se dressa lentement derrière une jeune femme assise sur un tronc avant de la détailler de son regard meurtrier. Plaçant sa main à la poignée de sa faux, il s'apprêtait à la dégainer quand un sentiment bizarre perturba son esprit. Elle se retourna et se dressa face à lui, loin d'être intimidé. Mais elle finirait peut-être par l'être plus, une fois qu'ils auraient fait plus ample connaissance. Hidan ne masquait pas son envie de la bouffer. Enfin, de se servir d'elle pour accomplir son rituel. Elle semblait si impertinente et se complaire dans une sérénité que le jashiniste ne pouvait connaitre qu'elle lui donnait une envie profonde de s'étouffer dans son rire. Une femme au physique si attirant.. Hidan fut pris soudainement d'un langoureux vertige. Il n'était pas du genre à se laisser abattre par l'aspect charnel que dégageait ces créatures.

« Je suis malade à l'idée de trouver quelqu'un pour satisfaire mon dieu sans avoir la moindre idée de trouver où il est et je suis empêtré dans un boulot de taré avec un trou'duc comme partenaire. Sérieux j'en ai marre... Eh toi qui semble si confiante, que dirais-tu de m'accorder un peu de sympathie ? »

Il terminait sa phrase en masquant l'air narquois sur lequel il l'avait prononcé. Un soupçon de ruse dans ces mots. La fille pourrait croire à bien des choses et tout se jouerait sur l'interprétation qu'elle ferait des paroles du jashiniste. Si elle acceptait, tant mieux pour lui. Un sacrifice qui se ferait rapidement et sans bavure. Dans le cas contraire, ce serait sans nul doute le même topo. Elle avait croisé sa route et pour s'en défaire ce serait très dur

« Aie aie aie ! Quelle Choucroute ! »
Revenir en haut Aller en bas
Kaguya Ruka

avatar


Nombre de messages : 45
Sexe : Féminin

Shinobi's Identity
Experience:
0/0  (0/0)
Prime:

MessageSujet: Re: Intolérable cruauté [Pv, Hidan]   Mer 21 Nov - 20:05

Ses pieds étaient enfoncés dans la boue, la pluie moulait d’avantage ses vêtements. Observant toujours l’homme, cette dernière avait remarqué sa main posée sur le manche d’une longue arme qu’il gardait dans son dos. Évidemment, ce n’était pas tous les hommes qui savaient comment s’adresser à une femme. Imaginez ce scénario : D’un coté, une bête aux apparences sauvages et adhérés et de l’autre, une plante à la fois mystérieuse et désirée. Les deux s’observent et se lance des regards mais le premier reste figé et n’ose pas encore l’approcher ou pire, la griffer ou l’agripper. Il préfèrerait la contourner au lieu de risquer de se faire envouter et ensuite étranglé par ses lianes douces et apaisées. Cette demoiselle semblait l’intriguée due à sa confiance et à la façon dont elle se tenait tête haute devant lui. Alors que ce dernier aurait peut l’attaquer lorsqu’elle était de dos où même après l’avoir regardé en face, celui-ci s’était contenter de lui adresser la parole à son tour ne répondant toute fois pas à sa requête. L’homme disait vivre un enfer et que dans ce monde cruel et avide de reconnaissance, ce dernier demandait si elle daignait lui offrir un peu de sympathie en cette saison morte. Cependant, il ne semblait pas parler de cette sympathie que l’on retrouve chez les gens de par leur gentillesse. Non, il parlait plutôt faire preuve de générosité à ses dites offrandes pour ce dieux, en qui il devrait fortement croire. À moins que ce n’était qu’une métaphore pour parler de l’homme pour qui il travaillait.

Peu importe la raison, ces informations ne demandaient plus de renseignements. Après tout, ce n’était pas ce qu’elle voulait savoir à son sujet. Mais s’il avait évité sa question, il y avait forcément une raison, il ne voulait pas se présenter. Impoli certes, mais surtout méfiant. De son coté, Ruka devait également en faire preuve. Après tout, l’étranger avec aux bouts de ses doigts une arme qu’il ne tarderait surement pas à faire usage si cela était son désir. Caché sous la manche droite de son long manteau, la demoiselle commençait à faire traverser quelques pointes osseuses acérées de sa peau. Assuré qu’il ne pouvait les voir, la demoiselle était prête à un éventuel assaut alors qu’elle paraissait neutre et sans défense, seule dans cette forêt devant cet inconnu qui avec ce petit sourire mesquin commençait à l’inquiéter. Bien qu’il était séduisant, il ne faisait guère usage des ses charmes pour l’aborder. Seuls ses gestes se prononçaient pour lui. Y réfléchissant, il serait bien de jouer avec les mots et tenter de rendre à cette situation une tournure différente. Les combats, le sang, les hurlements… Tout cela était ce qui animait la vie de cette jeune femme, mais à la longue, la monotonie tue. Tâcher de faire différent n’est pas mal, même s’il est souvent agréable de faire souffrir. Mais il n’y a pas que la douleur physique qui existe. Torturer quelqu’un mentalement est un tout autre plaisir duquel cette kunoichi aime aussi bien jouir :

Sympathie ? Désolée, vous vous être trompez d’adresse, on m’appel mélancolie.

Bien sur, avec ces paroles fourchues et ce manque d’empathie, il faut faire attention pour ne pas mal agiter ceux qui l’entendent. L’averse semblait lentement se calmer, l’abondance diminuait jusqu’à rendre cette pluie presque absente. Les dernières goûtent de ce chagrin d’amour causé par cette lune infidèle. Acquiesçant un petit sourire en coin à cet homme, Ruka détournait légèrement son regard afin de regarder par-dessus de son épaule afin d’être sur qu’il n’était pas suivit. Jamais nous n’étions assez prudent en cette période, les oi-nin était partout, ces chiens de chasses envoyés par les maîtres de village n’étaient jamais bien loin et mettaient leur nez un peu partout fouinant dans ce qui ne les regarde pas. Et se faire prendre en cette nuit si sereine était loin d’être dans ses plans. De plus, ayant déjà payée sa chambre, il serait dommage de devoir partir sans n’avoir peu en profiter qu’il en soit que pour y dormir une courte nuit. Mais comme les évènements semblaient prendre une tournure différente de ce qu’elle avait prévue, peut-être allait-elle devoir reporter son couvre-feu et se laisser emporter par ce courant malveillant l’emporter vers ces eaux inconnues. Que de belles surprises cachées dans les bois… Du moins, normalement. Ce que lui cachait cet homme l’intriguait assez même. Pourquoi était-il là, que voulait-il vraiment ? Demandait-il une partenaire pour danser ou pour partager ce ciel étoilé ? Il était loin d’être l’un de ces romantiques de bons augures. Non il semblait surtout doté de grand manque de tact et d’une savante impolitesse.

Replongeant son regard dans le sien portant toujours une certaine attention à sa main posée sur son arme, la demoiselle se reculait d’un pas pour ramener ses bras vers l’arrière et poses ses petites mains sur le tronc de l’arbre devant lequel elle était posée. Ses douces mains affrontaient l’écorce rude et mouillée de l’arbre, tâchant d’un brun l’intérieur de celles-ci. Refermant lentement l’étreinte de ses doigts contre l’arbre, la jeune femme relevait quelques plaques d’écorces en faisant tomber une ou deux suite à un petit craquement. Observant une fois de plus l’homme des pieds à la tête, cette dernière lui adressait un joli sourire. Son regard se posait lentement la bouche de l’homme. La kunoichi glissait sa lèvre inférieure ensuite ses dents la mordant délicatement qu’elle ne retourne à sa place. Faisant doucement parcourir son regard sur le visage de ce dernier, elle arrêtait à ses yeux le dévorant à son tour. Un vrai animal de luxure. Celle-ci ignorait si c’était ses yeux ou sa musculature. Même peut-être tout simplement le danger et la sauvagerie qu’il dégageait. L’effet qu’il lui faisait lui était familière mais pourtant encore bien inconnue. Lointaine était la dernière fois qu’elle avait ressentit autant de bestialité, autant de barbarie venant d’une personne. Quelque chose qui lui ressemblait beaucoup dalleur. Ce qu’elle remarquait la faisait sourire mais pourtant, le danger demeurait toujours :

- Alors dites-moi, vous qui m’avez suivit jusqu’ici, ne seriez-vous pas à la recherche de quelque chose en particulier autre que cette sympathie que je ne puis vous offrir ?

Reprenant son souffle en parcourant subtilement son corps avec ses yeux de biches, cette dernière se redressait lentement se rapprocher de lui cherchant à provoquer, à effrayer ou intimidé. Sa réaction, voilà ce qu’elle voulait voir, savoir ce qu’il ferait face à ses approches. Saurait-il dégainer son arme et l’attaquer afin de l’abattre ou saurait-il écouter et jouer avec elle ? Les attentes de la demoiselle n’étaient pas fonder mais bien sur, elle aimerait bien jouer un peu, même si jouer avec sa nourriture n’était pas très bien vue, les animaux en prenaient toujours un grand plaisir. Traquer, sa partie préférée dans la chasse mais lorsqu’elle était chassée, elle préférait trouver un moyens d’échanger les rôles. Être capable de faire douter le chasser et utiliser ses ruses contre lui était un tout autre plaisir.


_________________
Les jolies femmes me conspirons, les gentils hommes m'envieront.
Vous ne me chérirai point du tout et ce sentiment ne fera que s'accroître au fil des jours

Dis-moi Invité, est-ce que tu me trouves belle ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Intolérable cruauté [Pv, Hidan]   Mer 21 Nov - 22:39

Son cerveau se mit à tituber si soudainement. Les mots de la jeune femme emplissait le jashinisite d'un sentiment d'incompréhension. Il ne voyait aucun rapport avec la mélancolie et à vrai dire n'en avait rien à faire. Bien que dans l'intonation et la légèreté de sa voix cela voulait dire "Fait attention à ce que tu fais" il n'était pas parvenu à faire le rapprochement de cette possible mise en garde. À vrai dire il ne voyait par là que le "sexe faible" Une femme tout simplement. Mais pour qu'il lui accorde une certaine attention, elle ne devait pas être ordinaire.. une shinobi sans nul doute. Eh oui, même considéré comme un crétin, il reste néanmoins un Nukenin de rang S et il lui arrive parfois de révéler des talents impressionnants, notamment la déduction. Sympathie, elle voyait ce mot d'une neutralité exaspérante et l'avait enjambé d'une façon tout à fait particulière. N'y prêtant pas non plus une attention particulière et même, loin de le ressentir ainsi ( à vrai dire il s'en moquait éperdument) Hidan était bien loin de prendre en considération ce que sortait de la bouche des autres. Tant que cela ne visait pas malencontreusement Jashin ou lui-même, il n'y avait pas de quoi fouetter un chat. L'immortel se mit à scruter du coin de l'oeil la jeune femme, essayant de percer cette défense de marbre et de pouvoir lire en elle, découvrir quelle sorte d'armure elle portait pour oser s'opposer à lui avec une telle aisance. Il appréciait cette opposition, d'autant plus qu'elle provenait d'une kunoichi. Chose qui n'était pas arrivé depuis un bon moment maitneant.. Mais quant à savoir de quel village elle provenait, cela rester un mystère..

Lâchant délicatement le manche de son arme, il répondait à la sulfureuse tentatrice en se léchant les babines. Cette scène avait tout l'air d'être les prémices de scènes torrides à venir. Bien que le sens "torride" pouvait avoir une tout autre signification dans la tête du Jashniste. Elle était incitante et enivrante. Hidan bascula sa tête de droite à gauche et fit craqueler son cou comme signe et symbole d'assurance. Elle n'était pas la maîtresse de la situation à l'heure actuelle. De sa posture et cette mimique il se targuait de son imposante supériorité. Elle le provoquait ? Il répondrait à sa provocation et son insolente démarche à lui tenir tête

Néanmoins il n'était pas du genre à se laisser prendre à ce genre de jeux. Si finement ficelé puisse-il être, l'amour pour Jashin le ramenait sans cesse à la raison. Comme un mécanisme qui s'actionnait de temps à autre pour réinitialiser le jashiniste. Le ramener à la raison et celle de son existence, lui redonner ses convictions propres et les raisons qui le poussaient à se battre pour elles. Il ne s'écarterait pas de son but premier, bien qu'il y avait toutefois des limites à ses carnages prompts et irréfléchies. Une certaine tension flottait dans l'air, nul ne savait réellement l'issue de cette rencontre, nul ne savait qui courberait l'échine le premier même s'il paraissait inimaginable que ce soit le membre de l'Akatsuki. Son regard ardent aux prunelles framboises, s'enfonçait plus intensément dans celui de la kunoichi et de plus en plus l'envie d'en découdre s'intensifier. Elle promettait d'être un sacrifice parfait pour Jashin. Ce satisfaire accompagner de l'astre lunaire.. quoi de plus romantique en cette soirée pluvieuse ? Obstiné, perturbé, hésitant.. Un vent froid et glacial comme la mort fit onduler le bas de la veste du membre de l'Akatsuki, offrant un contraste saisissant entre l'aspect assez "sur de lui" qu'il dégageait et la luminosité qu'offrait son corps de "demi-dieu" à la nuit impassible et curieuse. Dans le regard des deux shinobis, une admiration réciproque semblait s'être établis et l'affalement d'un tel sentiment dans l'esprit d'Hidan était complètement perturbant. Il ne pouvait se résoudre à contempler cette beauté éphémère. Éphémère, oui, car il y avait de fortes chances que cet inlassable bras de fer finisse par prendre fin. Silencieux, amusé, il observait le bois qu'elle avait enlacé sans comprendre la réelle motivation qui l'avait poussé à faire quelque chose d'aussi.. "désaccordé". Malgré cette opposition acharnée qui durait depuis plusieurs minutes, l'innocence et la pureté qui émanaient de la jeune fille arrivèrent à toucher l'immortel. Au point qu'il éprouvait de la compassion pour sa futur victime

« Je suis désolé mais je ne peux pas transiger avec ma religion.. je n'en ai pas l'air mais ma foi est très forte »

Fermant lentement les yeux, son sourir s'estompa peu à peu.. la pluie violente et incessante finit par se restreindre à quelques gouttes éparses. Un calme qui ne présageait rien de bon, un calme qui s'était libéré de ses fers pour laisser place à la fureur. La tension qui flottait en l'air était devenue plus importante et ne cessait de grandir. Le temps quant à lui, semblait s'être ralentit et chaque seconde devenait à elle même une existence. Rouvrant délicatement les paupières, le visage d'Hidan était apaisé. Comme si toute la fureur de son âme c'était soudainement volatilisée.. Agrippant de nouveau la poignée de son imposante arme, il la dressa devant lui et la décrypta pendant plusieurs secondes avant de la lancer par terre, à côté de celle qui s'avançait lentement vers lui. Sous l'impact de l'arme, plusieurs brindilles craquelèrent et percèrent l'agonie du silence. L'animosité qu'il avait à l'égard de la kunoichi avait totalement disparu. Il n'y avait aucune mimiques, aucune rides qui trahissait ses intentions sur l'instant présent et Hidan était loin d'être l'individu auquel on prêtait l'adjectif rusé. Répondant à son incitation, l'immortel fit quelques pas timides en direction de la kunoichi et empoigna ses mains avec une légèreté intimidante. Un sourire charmeur et aguicheur se logea au coin de ses lèvres et l'attention qu'il portait envers la shinobi était désormais totale. Cette situation paraissait invraisemblable. D'autant pour un membre de l'Akatsuki. Une organisation recrutant les meilleurs des plus sombres ninjas du monde. Des ninjas d'une trempe à toute épreuve.. ce n'était pas normal. Même le timbre de sa voix semblait anormalement différent

« Je pourrais être à la recherche de bien des choses avec une personne si enivrante que vous l'êtes.. ♥ »
Revenir en haut Aller en bas
Kaguya Ruka

avatar


Nombre de messages : 45
Sexe : Féminin

Shinobi's Identity
Experience:
0/0  (0/0)
Prime:

MessageSujet: Re: Intolérable cruauté [Pv, Hidan]   Jeu 22 Nov - 17:50

Les deux individus se lançaient des regards intenses. Non pas intenses comme les flammes d’une passion, plutôt comme si l’envie de la chair les envahissait, ce n’était pas des regards tendres et délicats avec des roses et des chatons… Non, des sourires arlequin, une certaine tension régnait dans l’air, des regards électrisant et des airs aguicheurs. La situation pourrait rendre un auditoire mal-à-l’aise s’il avait lieux. Mais comme ils étaient seuls, il étaient permis de tout. C’est alors que l’homme reprenait la parole. Évoquant les contraintes de sa religion pour sans doute refuser des faits, il affirmait avoir la foi avec ce qui disait être divinité malgré l’apparence qu’il avait. C’était peut-être vrai, il pouvait avoir la foi et y croire amèrement mais… Ruka ne l’avait pas, enfin tout ce qui concernait les dieux, anges, démons ou autre, celle-ci n’y croyait pas. Pour elle, l’homme est ce qui fait tourner le monde avec la vie, la mort, l’argent et le sexe. Cependant, ce monde est animé d’énigmes, d’histoire insolubles et de faits inexpliqués qui force les gens à se questionner sur ce qui est ou non, pour certains, forcés à croire en quelque chose pour expliquer l’inexplicable. Mais tout n’est que science à la fin. Cependant, tenter d’expliquer cela à une personne qui a la foi est peine perdue, vaut mieux la fermer et passer par-dessus au lieu de provoquer le cœur des uns et des autres. De plus, il n’y a rien de mal à la religion si elle fait notre bonheur, si cela nous aide à comprendre et à avancer à quelque chose. Pourquoi pas ?

Cette dernière s’avançait lentement vers l’homme. Faisant sensuellement serpenter ses hanches de gauche à droite, cette kunoichi s’approchait d’un pas lent de l’homme en le regardant dans les yeux essayant d’aspirer son regard pourpre dans le sien. Ce dernier s’en léchait les lèvres. Était-ce un signe d’attirance ou bien voulait-il réellement goûté à sa chaire ? Le ninja ramenait sa main vers son arme la dégainant. S’arrêtant devant lui lorsqu’il la dégainait. Le shinobi semblait la regarder de près. Ruka aussi regardait les lames de cette grande faux assez impressionnée par la taille de celle-ci et la facilité que l’homme avait à la soulever d’une seule main. Il devait incontestablement être fort pour ainsi la tenir dresser devant lui. Un brin d’hésitation pouvait se voir dans son regard fruité. C’est alors qu’il prit un court élan pour la lancer à quelques centimètres de la jeune femme. N’ayant bronchée, celle-ci eut un faible moment d’inquiétude à l’instant où il s’était élancé. Certaines brindilles qu’avait fendues la faux retombaient au sol après s’être collé contre son tibia. C’est alors qu’après quelques secondes où celui-ci semblait avoir calmé ses ardeurs, il s’avançait lentement mais avec la tête haute vers la demoiselle. C’est alors que ce dernier glissait ses mains autour des siennes les enlaçant entre ses doigts. Surprise, la jeune femme baissait la tête vers les mains de l’homme pour regarder.

Ce moment étrange où on ne sait pas si c’est vrai ou non ? Une illusion ? Pourtant, ceci semblait si vrai ? Les mains chaudes de cet homme réchauffaient ses doigts glacés. Ruka relevait les yeux vers ceux de l’homme pour le regarder. Il la fixait dans les yeux avec une étrange intensité. Comme si son regard s’était attendrit. À ce moment, une petite alerte sonnait dans la tête de la kunoichi. Un danger ? Elle devait rester méfiante. Ramenant lentement ses pointes d’os dans ses bras pour ne pas qu’il s’y pique après d’y être trop frotté. Le regard de l’homme semblait charmeur, aussi son petit sourire semblait définir certains désires charnels. Ces petits regards presque pervers, cette femme les connaissait bien, elle les aimait bien également. C’est alors qu’après ce regard langoureux, l’homme répondait à sa question. Ce dernier disait qu’il pouvait être à la recherche de bien des choses à l’égard d’une personne aussi enivrante qu’elle. Ho, il était doué. Mais était-ce des paroles en l’air pour l’attirer dans ses filets ? Non, elle n’était pas le genre de femme à s’y glisser facilement. Même s’il lui promettrait la lune, elle le ferait tourner pendant des heures avant de songer à le laisser faire. Répondant à son sourire, d’un sien plus aguicheur encore après avoir fait glisser ses lèvres entre ses dents, la demoiselle baissait les yeux vers les lèvres de ce dernier remontant à ses yeux tout en se rapprochant. Sa poitrine recouverte par cette cape mouillée frôlait le torse nu de l’homme, ses doigts se glissaient lentement entre ceux de l’homme :

- Reprenez vos beaux discours et vos flatteries, face à un cœur endurci, ils ne peuvent tromper l’ennemi.

Haussant l’un de ses sourcils, Ruka se reculait avec un petit sourire au coin de ses lèvres. Ramenant ses doigts en fermant les poings pour les détacher de celles de l’homme, la kunoichi se reculait et prenait place sur le tronc de l’arbre échoué. Ramenant ses doigts à la petite corde qui attachait le haut du buste de son long manteau, elle la détachait avant de glisser ses mains vers sa nuque pour faire basculer sa longue chevelure blanche vers l’arrière. Comme une chute enneigée, ils glissaient le long de son dos s’arrêtant au dessus de son fessier. C’est alors qu’elle reposait délicatement ses mains sur le tronc en ramenant sa poitrine vers l’avant sans exagération. Premièrement pour le confort de la position et deuxièmement pour aguicher l’homme qui se trouvait devant elle. Croisant les jambes, Ruka le regardait dans les yeux. Que pendait-il de ce qu’elle venait de lui dire à l’instant. Est-ce qu’il allait insister sur la tendresse, allait-il mettre fin à cette illusion si tel était le cas ? Ou allait-il sortir une autre arme pour la provoquer puisque ce petit tour n’avait pas fonctionné. Ceci l’intriguait quelque peu, qu’allait-il en advenir de cette petite rencontre ? Les éventuels scénarios défilaient dans sa tête. Mais tout allait dépendre ses prochains gestes que l’homme allait poser. Ainsi que ses prochaines paroles. Une brise fraîche venait à déranger l’atmosphère, de petits frissons parcouraient le corps de la kunoichi. Le vent lui caressait la nuque après avoir légèrement relever ses cheveux.

Impatiente ? Bien sur que non. Simplement curieuse de savoir ce qui allait ce passé à l’instant. Devant elle, cet homme se tenait, la tête haute, ce si joli sourire, ce regard embrasé capable de faire fondre tout glacier, ce torse séduisant, ces épaules larges qui devait sans aucun doute être rattachés à un dos musclé et dure. Son ventre devait lui aussi être aussi musclé que le reste, probablement des bras gonflés. Elle devait arrêter d’y penser ou bien elle aurait envie d’y goûter. Sortant un peu de ses pensés qui attendrissaient son regard de quelques flammes, elle jetait un œil au regard de celui-ci attendant qu’il agisse. Que quelques secondes c’étaient écoulés depuis sa nouvelle position, il n’allait pas tarder.

_________________
Les jolies femmes me conspirons, les gentils hommes m'envieront.
Vous ne me chérirai point du tout et ce sentiment ne fera que s'accroître au fil des jours

Dis-moi Invité, est-ce que tu me trouves belle ?


Dernière édition par Kaguya Ruka le Ven 23 Nov - 1:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Intolérable cruauté [Pv, Hidan]   Jeu 22 Nov - 22:11

Elle était certes intelligente mais loin de se douter que même l'insignifiant devenait en fin de compte signifiant. En effet elle faisait probablement le bon choix de vouloir s'écarter du Jashiniste, car avec l'imposante et étrange arme qu'il se trimbalait, il n'y avait rien de plus probable pour étayer les méfiances de quiconque à son égard. L'habileté de la kunoichi était en tout point remarquable et elle était visiblement décidé de ne pas tomber dans la toile que le membre de l'Akatsuki avait tissé. Mais.. s'agissait-il vraiment d'une mascarade en fin de compte ? Rien ne pouvait l'affirmer sur l'instant présent, mais il était fort probable que ce soit finalement le cas. Chacun de mouvements de la Kunoichi semblait être calculés au millimètre près. De par sa conduite et ses postures, le degré de romantisme de cette scène qui se poursuivait depuis quelques minutes maintenant, s'intensifiait. Hidan, quant à lui, faisait toujours en sorte de ne pas faire le pas de travers qui pourrait trahir sa couverture déjà si fragile et suspecte. Mais bon.. couverture ou pas, il était clair que ce refus bouleverserait la situation. Hidan n'aurait plus de raisons de jouer cette comédie habilement fomenté et qui pourtant.. Et puis cette histoire commençait à devenir longue. Kakuzu devait l'attendre avec impatience et tout ce qui rimait avec impatience dans la tête du démon à 5 coeurs, était nocif. Devant le refus catégorie de la jeune femme, Hidan referma ses paupières et porta son pendentif accroché à son cou contre ses lèvres. C'était le temps de la prière en l'honneur du Dieu qu'il îdolatrait. La phase un du rituel et à partir de cette même phase découlerait ensuite un carnage et un sacrifice sanglant inhumain. Et actuellement, seul la jeune femme était en mesure de pouvoir lui accorder tous les points de sa mise en oeuvre.Assuré, Hidan replongea son regard sombre et flamboyant dans celui de la kunoichi. Le plan A été tombé à l'eau, il ne lui restait plus que le plan B. Dans l'obscurité de la nuit, la corde accrochée au manche de son arme était imperceptible. Et il jouerait de cet atout accroché à son arme pour prélever la goutte de sang obligatoirement nécessaire à la mise en oeuvre de son arcane maudite. L'obscurité de la nuit s'implanta de plus en plus entre les deux individus et les rafales glacials qui harcelaient les pores de la peau du Jashiniste s'estompèrent peu à peu pour replonger l'endroit dans un état léthargique. Dans la froideur de la nuit, la jeune femme arborait tous les atours de sa féminité.. et si elle pensait que cela aurait un impact conséquent sur l'immortel, elle se trompait fortement.. il en faudrait bien plus pour le détourner de ses objectifs. L'immortel arborait un sourire carnassier qui ne laisser présager rien de bon pour la suite des évènements.

« Rahh la ruse c'est définitivement pas un truc pour moi. Une belle connerie qui ne sert à rien au final. Alors... EN GARDE GWAHAHAHAHA ! »

L'attaque est proche:
Spoiler:
 

Le guerrier de la lune rouge fit un bon insoupçonné en arrière tout en ramenant sa faux vers lui par le biais de la solide corde en métal qui y était accroché. La lame suivait exactement la trajectoire que lui avait dicté l'immortel.. vers la kunoichi.. misant sur un effet de surprise, bien qu'atténué certes, mais toujours présent. Et il n'excluait pas le fait que l'arme puisse quand même soutirer à la jeune fille la goutte de son sang nécessaire à sa sombre entreprise. Reprenant appuie quelques mètres plus loin, Hidan profita de La vitesse et des mouvements aléatoires de l'arme de l'arme dansant dans le vent. C'était un spectacle assez plaisant pour les yeux, une lumière rouge dansant dans le clair de lune.. Bien que l'avis artistique ne devait pas être le même de tous ceux qui croisaient la route de l'immortel et de sa terrible arme.. Esquive ou pas, il y avait tout de même une chance qu'une égratignure soit provoqué par cette arme qui n'était avant tout utilisée que pour la récolte de sang frais. Une égratignure et s'en était fini. Sur l'instant présent, son visage s'égayait de mille feux. Il ne la laisserait pas s'enfuir, pas maintenant. Ils commençaient à peine à s'amuser. Bien que c'était sans doute loin d'être réciproque.. Lorsque sa faux atterrissait dans sa main il ne prit pas la peine de plonger son regard sur celle-ci qu'il lança un assaut frontal en tenant fermement son arme cette fois-ci par les deux mains. Son obstination inflexible signerait la fin de la misérable existence de la kunoichi. Un rayon lumineux s'incrusta sur les pointes de la lame et la firent scintiller, sonnant l'arrivée de la divine sentence. Peut être finiraient-elles entièrement recouverte de sang au final ? Il lui arrivait tellement plein de fois de ne pas faire dans le détail (sans le faire exprès hein).. Reprenant son cruel acharnement, il abattit sa faux, dans un élan héroïque, en direction de la jeune femme. Il ne savait pas si elle aurait le reflex de l'esquiver ou bien de le parer. Ce qui était une chose totalement différente, car dans le second cas, il y avait toujours cette chance minime qu'une des pointes perce sa chair. Mais elle n'avait pas d'arme actuellement, donc difficile à prévoir cette hypothèse de parade. Il fallait donc déjà mettre en oeuvre la suite de l'opération et envisager le point où elle se retirerait pour continuer de la harceler de coups cinglants jusqu'à que l'objectif se retrouve atteint. À la suite de son dernier coup, il se projeta une fois de plus en arrière en ramenant sa faux à lui, espérant taillader la chair ferme de celle-ci si elle avait tenté une fois de plus d'esquiver. Même l'esquive contre un adversaire comme lui ne devenait pas quelque chose de nécessaire pour survivre. C'était même parfois idiot.

« Y'a une chose qui m'embête un peu.. si sa se trouve tu vaux un tas de pognon et après ça, Kakuzu me fera la gueule c'est certains. Mais d'un autre côté, comme c'est un connard fini et avide de pognon, je vois pas pourquoi je lui laisserai une telle chance de ce faire du blé »
Revenir en haut Aller en bas
Kaguya Ruka

avatar


Nombre de messages : 45
Sexe : Féminin

Shinobi's Identity
Experience:
0/0  (0/0)
Prime:

MessageSujet: Re: Intolérable cruauté [Pv, Hidan]   Ven 23 Nov - 1:53

Ceci ne prit pas longtemps. Dans son regard, Ruka pouvait y lire son découragement avant qu’il ne fermer les yeux en amenant son pendentif entre ses lèvres. De son coté, elle affichait un petit sourire de satisfaction, assez victorieuse même. Restant ainsi assise, la kunoichi l’observait toujours afin d’être bien sure qu’il ne s’élance pas vers elle pour l’attaquer maintenant. Ce dernier se contentait d’ouvrir de nouveau les yeux pour la regarder cette fois avec cette même aire qu’il avait lorsqu’il était arrivé. Ce sourire dangereux et ces yeux prédateurs. Effectivement, comme il le disait, sa ruse n’avait pas fonctionnée et bien évidemment, ce n’était pas son truc. Cependant, il ne devait pas abandonner cette voie, avec une femme plus naïve et plus fragile cela aurait très fortement fonctionné. Mais malheureusement pour lui, il était tombé sur celle qui joue d’avantage qu’elle cogite. Il était alors près montrer à cette dernière ce dont il était capable ? Pour ce qui était de l’heure, celle-ci ignorait tout de lui, son nom, ses atouts et même la signification de ce long manteau noirs taché de ces grands nuages rouges qui lui disait vaguement quelque chose. Tout ce qu’elle savait, c’est qu’il était séduisant, probablement très fort physiquement et qu’il maniait une grande faux. Il lui faisait penser au message de la mort, ses yeux de baies sauvages qui à chaque croisement tentent de la trancher et sa bouche carnassière qui aimerait la dévorer. C’est alors que ce dernier lui conseillait de prendre ses gardes avant de faire un grand bond vers l’arrière. Le combat s’engageait enfin.

Au même moment où il sautait vers l’arrière pour capter toute l’attention de la dame, un mouvement à sa gauche la déconcentrait. La faux du religieux s’était levée de terre pour se jeter sur elle. Ouvrant grands les yeux par la surprise, celle-ci se donnait un élan pour tomber vers l’arrière afin de descendre du tronc avec grâce et rapidité. Retombant sur ses pieds la jeune femme voyait la première lame de la faux plantée à sa précédente place. Relevant rapidement la tête vers l’homme, Ruka prit le temps de replacer ses cheveux avant de devoir esquiver une nouvelle fois l’arme qui s’était libérée du bois pour s’élancer vers elle à quelques reprises. En enchaînant des sauts acrobatiques et quelques projections à l’aide des arbres, la demoiselle s’amusait à passer près des lames pour rende le moment intéressant. Un jeu ? Non, seulement un bon défi qu’elle se devait de relever, une victoire personnelle à acquérir. Au fur et à mesure que les coups ce donnait, l’homme se décalait pour diversifier les coups. À la longue d’esquiver, la Kaguya manquait d’inspiration pour diversifier elle aussi. Des sauts arrières, des courses rapides, des vrilles, quelques roue l’latérales avant et arrière. Même qu’elle bondissait d’arbre en arbre se faisant chassée par les trois grandes lames imposantes de cette grande faux. De ce fait, la kunoichi tentait de comprendre comme l’homme la faisait bouger, il faisait beaucoup trop sombre et cela ne lui permettait pas de voir ce qui la reliait au ninja.

Après quelques prouesses dignes d’un cirque. L’homme ramenait vers son arme dans sa main. La kunoichi retombait sur ses pieds avec une grande légèreté laissant ensuite son manteau retomber de chaque coté de son corps recachant son pantalon noir de ninja de kiri et son corset de cuire noir. Cette dernière baissait les yeux vers son manteau. Beaucoup de petites écorchures et de déchirures d’y trouvait. Étrangement, la jeune femme n’avait sentit aucune résistance lorsque la faux avait coupé ses vêtements. Ceci signifiait que les lames de celle-ci devaient être très affûtées, une écorche de cette dernière sur une peau aussi pure que la sienne devait être magnifique et devait faire couler le sang au premier contacte. Mais malheureusement, il n’aurait pas le plaisir de voir la couleur de son sang aujourd’hui. Ruka ne voulait point le laisser jouir de ce moment. Après tout, avant de se jeter dans les préliminaires, ils devaient se connaître au moins un petit peu non ? Lorsque celle-ci relevait les yeux de ses vêtements, l’homme s’était rapidement élancé vers elle en tenant sa faux en l’aire. Pliant les genoux, la jeune femme se jetait sur le coté en roulant au sol pour esquiver le cou. En se relevant, cette dernière se tournait vers l’homme. Sans répit, il s’était de nouveau élancer vers elle avec une très grande rapidité. Le temps d’esquiver ? Non du tout. La seule chose qu’elle peu faire était de croises ses bras devant son visage pour arrêter la faux. Sous ses manches, elle avait fait sortir ses os d’une longueur avec laquelle elle pouvait facilement parer l’arme de l’homme et l’empêcher de la toucher. Bien sur, ses lames avaient trouées et déchirés les manches de son manteau mais elles tenaient entre pour pouvoir cacher ses os pour le moment.

Le shinobi s’élançait alors une fois de plus vers l’arrière en ramenant son arme. Se redressant, il regardait la jeune femme d’un air interrogateur. Pourquoi s’était-il arrêté ? Pensait-il l’avoir touché ? Pourtant, il pouvait bien voir qu’il y avait aucune trace de sang ses lames ainsi le son métallique et aigue qu’avait causé l’affront, cela ne pouvait pas se confondre avec la chair tranché et le sang coulé. Enfin, si il en était un fin connaisseur. De par ses airs, ses armes et sa façon d’agir, il ne devait pas seulement en être un connaisseur, mais il devait être maître dans cet art et ce qui devait le choqué, c’était Ruka. Elle esquivait ses coups et en avait paré ce que normalement une personne censé n’aurait jamais fais si elle n’aurait pas eux une chance naturelle digne de l’aider à s’en sortir. C’est alors que l’homme prenait la parole en la regardant. Ce dernier disait qu’il y avait une chose qui l’embêtait légèrement. Il devinait qu’il devait sans doute y avoir une lourde prime sur sa tête et que son coéquipier serait surement en colère s’il apprenait qu’il lui avait empêché de toucher sa prime. Mais aussi, il ne voulait pas lui laisser le plaisir d’y goûter car il était qu’un connard selon ses dires. Un autre moment d’hésitation ? Il était vrai que celle-ci ne portait ni bandeau ni aucune emblème apparente d’un quelconque village. De plus, elle avait un assez bon niveau de combat même s’il en avait vu que quelques démonstrations d’esquives. Et pour la prime il était vrai que depuis le temps, elle devait avoir touchée un sacré montant. Lui rendant un sourire aguicheur, la jeune femme levait le menton pour le regarder. D’un petit coup de poignet, elle basculait ses cheveux vers l’arrière :

- Il est vrai qu’il serait regrettable de perdre une si importante somme d’argent en me tuant. Car combien tuerait pour avoir la chance d’utiliser le dernier survivant de son clan.

Gardant son sourire mesquin, la jeune femme relevait un peu plus le menton en faisant descendre son manteau sous ses épaules, celui-ci suivait la peau de la demoiselle descendant le long de son corps pour tomber par terre. Maintenant très faiblement habillé, Ruka donnait une excellente vue à l’homme sur les os qui protégeaient ses avants bras. Environs deux dizaines de lames osseuses pointues les recouvraient. La kunoichi ramenait ses mains sous sa poitrine, elle se mit à délasser des corde qui rattachait le bas du corset à la mince bande de cuire recouvrant sa poitrine généreuse. Laissant tomber cette partit de vêtement, La jeune femme était maintenant libre de tout mouvements osseux venant de son corps sans abîmer ses vêtements hors le long de ses jambes. La jeune femme fermait les yeux pour lever la tête vers le ciel tournant son cou avec une certaine résistance pour à son tour faire craquer son cou en soupirant de confort. Ramenant sa tête pour regarder l’homme dans les yeux :

- Chaque cellule de mon corps a un prix pour ceux qui savent les utiliser. Si non… Morte, seul le village caché de la brume réclamerait mon cadavre et vous vous en tirerez avec une médiocre prime. Ce qui décevra sans doute votre coéquipier sachant ce qu’il aura perdu, de par vos actes religieux. Je suis Ruka, dernière survivante du clan Kaguya.

Il était clair que si l’homme n’avait pas déjà entendu les ragots courant se disant sur ce clan parlant surtout de leur barbarie et leur sauvagerie. Tout comme le grand scandale à cause du quel Kiri fut si mal vue et longtemps à la chasse de tout les ninjas possédant des techniques héréditaires. Ce clan n’a jamais eux bonne réputation mais pour les scientifiques, ils ont longtemps été convoités pour leurs techniques. Le maniement des os était quelque chose de rare et puissant et celui qui s’en emparerait serait quelqu’un d’aussi puissant. Mais pour cela, c’était les cellules vivantes d’un membre de ce clan qu’il fallait pour moult expériences. Regardant les os de son avant bras avec un petit sourire la jeune femme gémissait un petit rire avant d’entre-ouvrir sa bouche pour y laisser s’échapper quelques mots :

- Maintenant, c’est à mon tour d’attaquer.

Sachant que l’attaquer au corps à corps pour commencer allait être quelque chose de difficile, elle allait devoir l’attaquer de loin. Bien sur, sa force était en combat rapprocher, mais pour l’approcher, elle allait devoir l’attaquer de loin. Cette dernière frappait d’un bon coup avec le plat de son pied le sol en s’écriant «Sawarabi no Maï.» Devant elle commençaient à sortir de longs et grands os de la terre. L’espace osseuse se dirigeait vers l’homme et allait plus loin pour délimiter l’espace de combat s’en tenant à une partie de la forêt. Surtout encerclé, l’homme avait la chance de se déplacer un peu par terre ce qui n’était pas du tout à son avantage car elle pouvait toujours faire sortir des os à sa guise ou bien encore, il pourrait monter dans les arbres et se déplacer dans ceux-ci. Les os ayant poussés dans le sol étaient hauts et larges même aussi pointues que les os qu’elle portait à l’avant bras étaient aussi résistant que l’acier donc les détruire n’allait pas être une chose très facile. La demoiselle créait trois clones d’elle-même se séparant toutes entres les os. Deux entrèrent dans les os sortant à des extrémités pour envoyer des phalanges en murmurant le nom «hessendan.» vingt phalanges étaient envoyées sur l’homme, une des Ruka courait vers lui pour lui envoyer des coups de poings s’assurant bien sur d’esquiver la faux si nécessaire. Tentant de le toucher avec les pointes de ses os, la dame s’élançait avec des coups de points et coups de pieds afin de tenter de le toucher.

Cet homme était rapide et doué. Il ne devait pas être un petit ninja, surtout, il portait à son cou un bandeau frontal qui reflétait les quelques rayons de la lune, un bandeau rayé du village caché de Yu. Un village ayant une drôle de réputation, ce qui expliquait son étrange comportement tout comme son fanatisme. Déserteur lui aussi, puissant, possédant un coéquipier et portant un drôle de manteau que la jeune femme semblait connaître, il ne devait pas être un déserteur comme les autres, il devait surtout être un homme dangereux… Le danger, hmm, ce mot lui donnait l’eau à la bouche, les représentant de la gente masculine au statu dangereux l’excitait beaucoup de plus, il était doté d’un charme unique, pas comme ces brutes aux apparences répugnantes. Non, il était sexy, dommage qu’il ne semblait pas s’intéresser à elle de cette même façon, Ruka n’aurait pas payée une chambre pour rien. Continuant ses assauts physiques, se déplaçant deux fois entre les os pour envoyer deux dizaines de phalanges une secondes fois, une quatrième Ruka arrivait en marchant sortant lentement sa colonne vertébrale de sa nuque. Un liquide blanc s’en découlait, c’était la moelle qui se chargeait de reformer la seconde colonne pour ne pas qu’elle tombe par terre comme une invertébrée. Aux pointes acérées, ce fouet osseux se claquait au sol résonnant entre les os. Un petit rire sadique s’ébruitait dans l’écho de ceux-ci. Quand allait-il se débarrasser de ces trois clones avant de venir à sa rencontre ? Le regardant avec ce sourire et ce regard, la kunoichi se léchait les lèvres et attendait avec impatience la venu de ce dernier pour un affront de taille. Ils étaient fort et c'était ce qui était intéressant. Cette nuit s'annonçait violente, seulement, différemment de ce qu'elle aurait voulue.

_________________
Les jolies femmes me conspirons, les gentils hommes m'envieront.
Vous ne me chérirai point du tout et ce sentiment ne fera que s'accroître au fil des jours

Dis-moi Invité, est-ce que tu me trouves belle ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Intolérable cruauté [Pv, Hidan]   Sam 24 Nov - 15:14

Face à ces dires qui n'avaient strictement aucune significations pour le jashiniste. Elle se vantait d'être la dernière survivante de son clan déchue. Cela pouvait être vrai, mais en ce qui concernait Hidan, il n'avait pas connaissance de ce clan en question et par conséquent, ne prêtait pas attention aux dires de la jeune fille. Elle pourrait être tout ce qu'elle voudrait, pour le fanatique, cela n'aurait aucune importance. Elle n'était qu'une simple poupée qui ne tarderait pas à rejoindre la collection de ses autres démembrés. Jashin lui réservait une sentence des plus magistrales. Plaquant la poignée de son arme contre le sol en la maintenant par les lames, il se contentait d'observer cette mutation physique avec un air nonchalant. Là où plusieurs auraient crié au danger en voyant ça, Hidan s'en moquait éperdument. Il faudrait bien plus, bien bien plus pour soutenir son attention et son regard sur des choses aussi futiles. Comparant sa faculté à être immortel à celle de la kunoichi à pouvoir utiliser les os de son propre corps, le contraste était assez saisissant. Bien qu'Hidan avait toujours l'avantage dans ce combat. Il aurait beau se faire trouver les membres un par un, de la tête au pied ou même se faire décapiter et le résultat serait toujours le même. De plus, s'il lui était amené à perdre un membre, Kakuzu ne tarderait pas à lui recoudre. En somme, en analysant tous les cas de figure, il ne risquait rien. Même si ce n'était pas non plus une raison pour encaisser tous les dégâts. Immortel contre Squelette, Faux contre Os, un combat magistral au suspens insupportable. La mine déconfit de l'immortel accentuait son aspect nonchalant. Il était à la fois dégoûté (dans le sens de la beauté de la chose) de la faculté de Kanoichi, mais pas autant surpris..

« Hein ?! C'est quoi ces conneries que tu me racontes là ! Si y'a bien une chose que j'aime pas c'est les abrutis dans ton genre qui étale leur assurance. Alors me tape pas sur les nerfs ok ?! De toute façon le résultat sera le même.. et d'ailleurs quand on se dit être survivant c'est qu'on à fait preuve de lâcheté et moi les lâches je suis pas trop fan.. »

Fonçant à toute vitesse vers la Kunoichi à l'arme osseuse, tout en grattant la terre avec les trois pics de sa faux, il fut rapidement interrompu par des pointes aiguisés tout droit sorti de cette éruption terrestre. Un petit sourire se dessina sur son visage. Si elle pensait l'avoir de cette façon.. elle était trop confiante et c'était ce qui la mènerait à sa perte. Sautant en l'air tout en lui balançant avec une habileté déconcertante sa faux, il ramena celle-ci à lui en se servant du mécanisme et poursuivit en se servant d'appuie sur celle-ci de façon à ne pas tomber à terre et se faire empaler. Prenant un peu plus de hauteur, il fit quelques brefs mouvements des doigts et la faux qui venait de se planter sur les pics osseux s'en extirpa pour s'enfoncer dans une branche d'arbre au-dessus de lui. Concentrant son chakra dans ses pieds, il se fixa à la dite branche et décrocha de sa ceinture une de ses lances rétractable. Etant perpendiculaire à la branche d'arbre, sa cape retomba de façon semblable à la technique virtuelle du "lézard à collerette" de son compagnon d'Akatsuki : Tobi. Une lame osseuse perfora le revers de la cape et se planta dans la branche. Désormais contraint de rester sur la branche en question, il analysa rapidement la situation et ne manqua pas de garder à l'oeil les clones qui finirent par se fondre dans la masse osseuse présente au sol. Une ouverture se présenta à lui, il fallait profiter de l'absence temporaire des clones pour attaquer. L'endroit où il se situait était bien assez haut et il ne risquait rien. Lançant sa lance en direction de la Kunoichi dans l'espoir de la toucher, il s'apprêta de nouveau à en dégainer une pour lancer un nouvel assaut, mais il fut interpeller par les clones qui tirèrent "littéralement" leurs phalanges sur le jashiniste coincé sur la branche. N'ayant pas d'autre échappatoire que de se jeter dans le vide pour esquiver cet assaut mené à distance, la pointe logé dans la branche déchira le bas du costume du membre de l'Akatsuki. Dans sa chute qui ne serait pas bien longue, il souriait à la kunoichi avant d'appeler à lui son imposante arme qu'il parvint à diriger sans contradictions en direction de la Nukenin. Rembobinant la corde attachée à celle-ci pour directement attaquer au corps, un des clones lui barra la route dans son ascension vertigineuse. Son reflex immédiat fut celui d'attraper une autre de ses lances pour parer les quelques coups qui lui furent portés. Ne s'attendant pas à se retrouver acculer par un de ces clones, une des pointes de la création immatériel se prolongea droit vers son visage. Intuitivement Hidan décala son visage de façon à ne pas se faire embrocher, bien que la pointe parvint à rentrer en contact avec la joue laissant une longue entaille partant de l'extrémité de ses lèvres jusqu'au bas de son oeil droit. Grimaçant légèrement, son parcours aérien allait bientôt se terminer. Il était immortel et ne perdrait pas son temps à bousiller des clones.Autant attaquer directement la source. Les pointes de sa faux se logèrent perpendiculairement dans le tronc de l'arbre se situant derrière la kunoichi. Se plaçant directement sur le manche de son arme, il murmura ces quelques mots:

« Tssss *ricanements* Pathétique.. Gwaaahhhhhouuuuuuuu »

Faisant un saut en attrapant le manche de son arme, il retombait droit en direction de l'original. D'autres phalanges fusèrent vers lui, cette fois-ci, pas question de tout esquiver. Il était à deux doigts de s'emparer d'une goutte de son sang. Pas question de faire marche arrière. La vitesse des tirs était certes impressionnante, mais sa chute à lui l'était tout autant. Moins de la moitié de ces projectiles osseux se plantèrent dans le haut de ses bras. Serrant avec une force incommensurable son arme, il l'abattit sur la position de son adversaire. Il était probablement certain qu'elle esquiverait ou bien même qu'il s'agirait d'un clone. La ruse de ses adversaires, Hidan avait appris à l'étudier. Il fallait donc déjà imaginer l'hypothèse où il ne s'agirait que d'un clone, tout en tenant compte de ceux qui se trouvaient derrière lui. Ignorant les blessures à son bras, quelques gouttes du liquide visqueux avait réussies à rentrer en contact avec son visage déjà bien entaché par le sang de la coupure précédente. Jusque là, elle ne pouvait pas avoir de soupçons quant à son immortalité ,mais elle essayerait de savoir qui il était vraiment.. retombant donc devant celle qui devait être l'original, il l'harcela d'une série de coups plus rapide les uns que les autres et accompagné de coups de pieds. Lorgnant les clones qui arrivaient vers lui, il fit un nouveau saut ayant plus la forme d'un salto arrière. Bougeant rapidement la corde de son arme de gauche à droite, son imposante faux commença à faire une série rapide de rotations. Donnant l'apparence d'une scie circulaire, l'arme rougeoyante fusa vers les clones.. se positionnant un peu plus loin, il continuait de faire danser son arme dans le vent.

« Héééhééééhéé... ton outrage à Jashin sera puni misérable garce ! »
Revenir en haut Aller en bas
Kaguya Ruka

avatar


Nombre de messages : 45
Sexe : Féminin

Shinobi's Identity
Experience:
0/0  (0/0)
Prime:

MessageSujet: Re: Intolérable cruauté [Pv, Hidan]   Ven 7 Déc - 15:48

Il était assez amusant de voir cet homme se débattre contre les clones de Ruka. À quelques reprises il prenait un air surpris mais jamais autant qu’elle ne l’aurait espérée ou bien que les précédentes victimes l’ont été. Il se débrouillait même assez bien. Normalement prient de peur, ils ne savent comment se défendre et on tendance à paniquer. De ce fait, ils font des stupidités et oublient qu’autour d’eux se trouve du danger. Mais assez en confiance, ce dernier parvient à esquiver ses attaques projectives ainsi qu’au corps à corps. Cependant, son clone réussit à le toucher au visage lui frôlant le dessous de l’œil glissant sur sa joue en direction de son oreille. Rapidement, il envoyait son arme derrière elle pour se jeter sur elle en évitant ses clones. Les autres phalanges s’étaient plantées dans son biceps, le sang dont était recouvert cet homme attirait l’attention de la demoiselle qui s’en léchait les lèvres. Précédemment, l’homme avait dit ne porter aucune importance à ses paroles. Cependant, ce qu’avait noté cet homme était la lâcheté de la femme. Oui peut-être qu’elle était lâche, avoir fuit ainsi, il était vrai que par la vision de son clan, ce n’était rien d’autre, mais comme elle a survécue, Ruka n’a rien à se reprocher même qu’elle ne regrette aucunement son geste. Bien sur, l’homme avait en elle éveillé une certaine colère, une faible frustration qui la faisait bouillir de l’intérieur. Cette rage, allait-elle être capable de la contenir ?

La kunoichi serait sa mâchoire serrant ses dents contre elles. Celle-ci foutait le sol avec sa colonne vertébrale avant de la tirer vers le haut pour s’en servir comme bouclier lorsque ce dernier se jetait au dessus d’elle. L’une des lames de cette faux avait glissée contre les os de cette échine. Le shinobi atterrissait devant elle se redressant assez rapidement. Avant qu’elle n’ait eu le temps de poser un geste, l’homme se jetait rapidement sur elle pour lui envoyer des coups avec son imposante arme. Faisant danser son fouet de gauche à droite. Cette dernière défrichait le sol de petits coups rapides pour se protéger des assauts de ce dernier. Tournant à quelques reprises sur elle-même suivit de son fouet. S’étant habituée aux coups de lance, cette denier n’avait pas prédit ce coup de pied rapidement envoyé par celui-ci ne lui donnant d’autres choix que de se jeter vers l’arrière. À ce même moment, les clones de la demoiselle se dirigeaient vers elle pour la couvrir lors de son moment de faiblesse. À son tour, ce dernier reculait rapidement à l’aide d’un saut acrobatique arrière avant de diriger sa lame de façon encore inconnu pour la demoiselle qui ne voyait autre raison que le bras et la main du ninja qui bougeait devant elle.

Ses clones lui barrant la route faisait face au ninja ainsi qu’à son imposante arme qui se dirigeait rapidement vers eux. Deux s’éclipsèrent lorsque le premier fut touché par l’élan rapide de l’homme. Observant cette scène, Ruka tentait de comprendre comment celui-ci faisait bouger son arme. La noirceur nuisait à la situation, si cela aurait été le jour, cette dernière aurait surement vue si quelque chose reliait l’arme à celui-ci. Alors, elle aurait sur s’il utilisait son chakra ou un mécanisme capable de contrôler cette faux d’une telle façon. Pendant qu’elle réfléchissait à cela, ses clones eux se chargeaient de capter l’attention du criminel sautant en l’air tâchant d’éviter les trois imposantes lames de celle-ci. Tentant d’envoyer ses phalanges, le clone avait manqué d’attention et ainsi il fut à son tour détruit par l’arme du ninja. Sans donc plus hésité, le dernier clone courait rapidement vers l’homme pour se rapprocher le plus possible de celui-ci évitant les coups rapides et circulaires de cette faux. Une fois assez près de lui, ainsi, le plus près qu’il pouvait l’être face à cette défense. Le clone explosait faisant relever un très grand nuage de poussière humide et de brume. Peut-être même que l’explosion avait réussit à le toucher qui sait.

Profitant de ce moment d’aveuglement, Ruka courait se cacher dans ses os jusqu'à se déplacer pour aller derrière l’homme. En sortant futilement, Ce dernier s’était adressé à elle disant que son outrage contre un certains Jashin comme il le nommait allait être puni. Jashin, pouvait-il être ce dieu dont il parlait, la divinité en qui cet homme avait la foi ? C’est alors qu’après ces mots, l’homme insistait sur un petit surnom affectif pour la jeune femme. La nommant de misérable de garce, ceci semblait lui évoqué quelqu’un d’arrogant mais cependant attachant quoi que choquant. Préférant garde le silence pour le moment, celle-ci réussissait à s’approcher de l’homme pour glisser son index sur sa joue. D’un mouvement très rapide, elle lui volait une goute de sang en se propulsant rapidement vers l’arrière de façon à éviter un coup physique de la part du ninja et aussi pour mieux voir l’arriver de ces monstrueuses lames. Caressant sa lèvre inférieure avec son index sanglant, Ruka frissonnait en inspirant un bon coup. Ouvrant de nouveau les yeux en glissant sa langue contre sa lèvre inférieure, celle-ci le dégustait. Ferreux mais différent, ce sang ne semblait pas aussi commun que les autres qu’elle eut goûtée au par avant. Pourquoi ? Comment le saurait-elle. Ne cherchant pas à croiser le regard de l’homme sachant qu’il pouvait être insulté en voyant cela, la kunoichi en profitait pour rapidement se glisser dans l’un des os s’étant libéré de la terre.

Dans ce même moment, celle-ci commençait à faire sortir des os devant sa position créant un nouveau cercle autour de l’homme et partout à l’intérieure de la pré-limitation de la zone de combat faisant recouvrir la totalité de l’espace diversifiant la taille de ceux-ci ne donnant d’autres choix pour l’homme que de rester dans les arbres ou bien tout simplement voler s’il en était capable. Sortant son visage d’un os vers l’extérieur de la zone de combat où était le ninja afin d’être sur qu’il ne la voyait pas, celle-ci prenait une grande respiration pour se vider la tête quoi que soit peu :

- Une garce ? Disait-elle avant de rigoler d’un air Presque sincère. C'est alors qu'elle se tut aussitôt pour reprendre :

- Et c’est peu de le dire.

Sa voix résonnait entre les os, ceux-ci vibraient pour faire circuler sa voix entre eux afin de camoufler la provenance de la voix de la kunoichi. Se laissant lentement glisser pour poser ses pieds au sol. Ressortant entièrement de cet os, celle-ci glissait sa main vers sa nuque et la serait en la caressant. Ruka regardait ensuite en direction de l’homme. Celui-ci devait surement se tenir dans un arbre sur sa faux qu’il aurait planté dans le tronc comme elle l’avait déjà vue faire lors du combat. Celui-ci était un adversaire assez impressionnant, son niveau ne pouvait être contesté et en plus, il était si mignon. Il serait dommage de faire gâcher ce joli minois. Même s’il portait si bien le rouge de son sang. Tournant autour des os, celle-ci décidait d’entrer dans un pour ensuite s’avancer os pas os afin d’être un peu plus près de lui. Sortant d’un os derrière le ninja, cette dernière arrêtait de respirer pour ne pas faire de bruit et avançait son bras. Trois os sortaient de son avant-bras commençant à se tresser autour de lui devenant un peu plus gros jusqu’à faire une pointe pointue. Avec un sourire en coin, elle s’élançait pour le frapper avec cet os. Tentant de le toucher en plusieurs coups, il n’était pas évident de bouger avec un tel bras. C’est alors que de son autre bras, elle faisait sortir un os de son avant bras et il se mit à prendre une certaine largeur autour de lui pour le protéger comme un bouclier.

Prête à d’éventuels coups, cette dernière ne se gênait pas pour changer de position dans son os pour le frapper d’autre part s’il esquivait. S’il ne pouvait utiliser sa lame, quelle arme allait-il sortir ? Si non, s’il daignait de lui donner un coup de lame sur la fleure d’os qu’elle avait autour de son bras droit en longue foreuse, elle se planterait dedans et cette fois plus difficile à retirer que dans un arbre car elle ne s’empêcherait pas de resserrer les os contre la faux pour la garder contre elle. Cependant, le problème qu’elle pouvait vivre avec cette faux plantée dans ses os, ce serait le fait qu’il puisse la traîner à sa guise avec ce qu’il le relie à la lame. Mais dans ce cas, elle avait d’autres ressources dans sa faux immobilisée, il n’aura pas le choix d’être en corps à corps avec elle et c’est sans doute le domaine dans le quel elle est la meilleure. Donc… Qui vivra verra.


_________________
Les jolies femmes me conspirons, les gentils hommes m'envieront.
Vous ne me chérirai point du tout et ce sentiment ne fera que s'accroître au fil des jours

Dis-moi Invité, est-ce que tu me trouves belle ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hidan

avatar


Nombre de messages : 22
Sexe : Masculin

Shinobi's Identity
Experience:
0/0  (0/0)
Prime:

MessageSujet: Re: Intolérable cruauté [Pv, Hidan]   Mar 18 Déc - 10:49

Exaspéré, c'était ce qu'il était actuellement. Elle ne cessait de jouer avec sa nerfs en se planquant constamment dans les os immenses qu'elle avait fait surgir de la terre. Après l'assaut qu'il venait de lancer avec sa faux, il amena son épaule droite au niveau du haut de son dos et récupéra nonchalamment son imposante arme. Soupirant profondément, il jura à l'égard de celle qui lui tenait tête depuis plus d'une demi-heure maintenant. Visiblement, le combat pur et simple n'avait pas d'effet sur elle. Ou Hidan n'en trouvait tout du moins, pas. Il fallait être un peu plus rusé que d'habitude. Examiner la situation, calculer la moindre de ses actions pour parvenir à mettre en échec la reine de l'équipe adversaire. Quitte à exposer son immortalité aux yeux de la femme aux os, si cela lui permettrait de gagner, il ne voyait pas pourquoi il n'en tirerait pas profit. Pour le moment, il fallait juste attendre. Attendre qu'elle se manifeste et rapidement la contrer de façon à ne pas finir embrocher de toute part. Se positionnant face à un arbre tout en regardant les épaisses branches au-dessus de lui de façon à faire croire à son adversaire un relâchement ou a un possible échappatoire que celui-ci imaginait, comme il l'avait espéré, elle finit par venir à lui. Discrète, silencieuse. Le Nukenin avait ressenti sa présence, mais lui laissa croire qu'elle l'avait enfin eu le jashiniste. Esquissant un petit sourire, le disciple de Jashin exécuta une esquive sans pour autant être trop rapide de façon à ce que la pointe osseuse parvienne à la fin de sa trajectoire. La pointe embrocha tout le flanc droit du bassin de l'immortel avant de transpercer pour se planter dans le tronc de l'arbre derrière lui. Depuis le début il avait imaginé se scénario et mettait à profit son immortalité. Bien que la blessure, même assez importante, n'était pas forcément révélatrice. Le doute la rongerait sans doute. Il n'avait pas esquivé, n'avait pas paré. Il se retrouvait face à elle, tout deux immobilisés. Hidan scruta la kunoichi avec un sourire carnassier au coin des lèvres avant de se lécher délicatement les babines. Plaçant les pointes de son arme dans une trajectoire perpendiculaire au haut du torse de la kunoichi, s'il ne parvenait pas, ne serait-ce qu'à l'égratigner, c'était qu'il y avait une chose qui clochait. L'action était rapide, précise et Hidan n'était en aucun cas handicaper par le fait de tenir son arme seulement d'une main. Le courroux de Jashin finirait enfin par avoir raison d'elle. Impressionnant et puissant, le membre de l'Akatsuki était loin de faire dans la dentelle. À la suite de cette action, il se servit de sa jambe droite pour repousser violemment son adversaire en arrière. La pointe osseuse se délogea du tronc et refit la trajectoire inverse de la pénétration dans l'organisme de l'immortel. Le sang coulait abondamment et un rictus amusé parcourut soudainement le visage d'Hidan. La flaque de sang, à peine visible dans l'obscurité de la nuit, dégageait une odeur ferreuse assez prenante. Plaquant son pied droit dans cette petite marre, il commença à tourner sur lui-même tout en gardant le pied à terre. Un cercle de sang se dessina autour de l'immortel. Finissant par la suite son chef d’œuvre en construisant un triangle isocèle à l'intérieur de celui-ci. L'immortel porta sa main gauche contre la plaie fraichement ouverte et s'imbiba les doigts du liquide visqueux avant de les porter à sa bouche avide de chair et de sang. La mutation colorée de l'immortel ne se fit pas attendre. Sa peau se teinta subitement d'une teinte noirâtre vous faisant frissonner d'effroi. Des bandes blanches strièrent des parcelles de sa peau, vraisemblablement à l'endroit de ses os. Cette apparence macabre pouvait révéler bien plus qu'elle ne le laissait paraître. Bien peu de personnes étaient encore vivante pour pouvoir affirmer avoir vu une fois dans leur vie "la faucheuse". Réussirait-elle à survivre ? Telle était la question


« La punition divine s'abattra sur tout ceux qui comme toi ne comprennent pas la douleur des autres »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaguya Ruka

avatar


Nombre de messages : 45
Sexe : Féminin

Shinobi's Identity
Experience:
0/0  (0/0)
Prime:

MessageSujet: Re: Intolérable cruauté [Pv, Hidan]   Mer 19 Déc - 17:53

L’homme s’était rapidement retourné vers elle lorsqu’elle était tout près de lui. Plantant cette fleure d’os dans son abdomen, celle-ci le regardait dans les yeux. Son sang chaud coulait sur ses os en les tâchant de leurs chemins. Cette chaleur était à la fois si douce et répugnante. Se délectant de ce plaisir, la kunoichi enfonçait son os jusque dans le tronc derrière lui l’ayant transpercé. Non, Ruka n’avait pas prévue de tuer un homme cette nuit, mais si cela en était la seule issue, elle n’en ferait pas moins. C’est alors qu’à son grand étonnement, l’homme qu’elle affrontait la regardait dans les yeux et se mit à sourire. Un sourire sincère et fou. Son expression lui glaçait le sang. Comment était-ce possible ? Ne souffrait-il pas ? Cet homme était bien plus coriace qu’elle ne le pensait et pleins de surprises mais malheureusement, la dame n’aime pas les surprises. La kunoichi se mit à froncer ses sourcils lorsque l’homme se léchait les lèvres.

C’est alors qu’au dernier moment, la jeune femme voyait les trois points de la faux se diriger vers elle. Levant avec un grand élan son bras au niveau de son visage pour se protéger, les lames de celle-ci grinçaient contre l’os qui la protégeait mais ce coup puissant avait eux raison de sa résistance, glissant contre sa peau, celle-ci coupait le haut du biceps de la femme. Serrant les dents, la femme se mordait la lèvres du bas et levait les yeux vers l’homme qui l’avait agressé. Comment était-ce possible d’être aussi résistant aux blessures charnelles ? Il devait forcément avoir son secret là-dessus. C’est alors qu’elle reçu sans pouvoir le prédire, un coup de pied dans le ventre la faisant se déloger de l’arbre et de lui, perdant l’équilibre, elle fusionnait avant l’os pour ne pas tomber. Ne ressentait-il donc aucune douleur physique ou bien aimait-il cela ?

Dans les deux cas, il n’était pas normal. Posant une main sur son ventre, la kunoichi glissait son index sur sa plaie et goutait à son sang. Cela faisait si longtemps qu’elle n’avait pas vue le rouge qui s’écoulait dans ses veines. Levant les yeux vers l’homme, celui-ci avait perdu une grande quantité de sang au sol avec lequel il formait une sorte de pentacle démoniaque voué à un culte satanique. Un cercle avec un triangle à l’intérieur tout comme son pendentif, était-ce cela Jashin ? Une religion, un dieu ? Était-ce sa foi en lui qui lui donnait cette force et toute cette résistance ? Si c’était le cas, Ruka aimerait bien tenter de pacter avec ce dieu, ce genre de don avait l’air assez intéressant. C’est alors qu’en finalisant son sceau, l’homme changeait devenant tout noir avec des marques blanches montrant la position de ses os. Cette dernière transformation l’avait surprise. C’était si étrange de voir une personne changer ainsi. Sortant de l’os, la femme posait ses pieds près du cercle en le regardant. L’homme la regardait ainsi changé. Était-ce une illusion ? Non cela n’en avait pas l’air. Mais pourtant, cela lui semblait si peu probable. Mais après tout, vivant dans un tel monde, elle ne pouvait pas trop se fier à ce qui pourrait ou non être possible.

C’est alors qu’en la regardant, l’homme s’écriait de façon assez indélicate à la femme. Il disait que la punition divine s’abattra sur tous ceux comme elle ne comprend pas la douleur des autres. Compatir avec des inconnus ? Qui le faisait. Non, il était vrai qu’elle n’étai pas du genre à se mettre à la place des autres et surtout elle ne voulait pas porter les fardeaux de ceux qu’elle ne connait pas et même de ceux qu’elle connait. Elle en a déjà d’assez lourds à porter. Sa faux en main près de lui, son apparence démoniaque, ses yeux violets et ses cheveux blanc. Un manteau noirs tâché de nuages rouges et aucune intolérance à la souffrance. Il ressemblait à un ange de la mort, une faucheuse. Le messager de la mort peut-être. Il était venu pour elle ? Il y a bien longtemps, Ruka attendait sa venue avec impatience, tentant un nombre incalculable de fois de se mettre dans des situations aussi dangereuses les unes que les autres attendant qu’elle vienne la chercher. Depuis ces mois horribles, le temps avait changé, jamais elle n’était venue lui prendre la vie et sa vision sur sa survie et son existence avait changée. Maintenant, elle ne ressentait plus cette honte qui la rongeait depuis si longtemps, elle s’était mise d’accord sur sa raison de vivre et c’est maintenant qu’elle venait la lui prendre ? Pas question.

Le regardant dans les yeux, la jeune femme levait le menton et faisait sortir ses os de ses cotes, s’approchant de lui en ramenant la foreuse dans son bras ne laissant que trois os pointues légèrement plus courts, la femme s’avançait vers l’homme. Une goûte de son propre sang perlait sur sa lèvres inférieure. Ses yeux se plongeaient dans ceux de l’homme. Entrant dans son cercle, la femme approchait rapidement sa main du trou qu’elle avait fait se préparant à prévenir un éventuel coup pour la repousser. Prononçant ensuite le nom d’une technique « Gattaisuru no Yoroi. » Cette technique appelée la fusion des os allait créer une certaines liaison entre les deux. Alors qu’il avait un trou lui laissant voir une partie abîmée de sa colonne, la femme apportait sa main en lui connectant ses os à celle-ci. Le mélange des moelles épinières devait pour lui être assez douloureux même si en fait, il ne semblait même pas la ressentir. Lui prenant une faible partie de son chakra de cette façon, la femme lui souriait à son tour :

- Non, c’est vrai, je ne comprends pas la douleur des autres, il est difficile de faire une telle chose sans cœur. Mais vous non plus, vous ne semblez pas comprendre ce qu’est la douleur. Enfin, pas comme tous les autres, nous ne sommes pas si différent vous et moi.

Resserrant son étreinte osseuse sur les os de l’homme les soudant ensemble, la femme se rapprochait de lui en le rapprochant d’elle un peu plus lui faisant comprendre qu’ils étaient liés un a l’autre donc s’il tentait de la repousser c’était comme s’il tentait de s’arracher un bras ou un quelconque membre solide. S’en défaire n’allait pas être facile et s’il se brisait la colonne il allait devoir rester là, au sol sans pouvoir bouger et la seule personne qui serait capable de reformer ses os, n’est la femme si présente. La seule connaissant sa constitution épinière ainsi que cette technique personnellement mise au point. S’il osait lui faire du mal, elle n’hésiterait pas à faire monter ses os en lui. Après tout, le trou qu’il avait dans son corps était assez grand alors il lui donnait assez d’espace pour s’expansé en lui. Ses cotes se collaient contre son manteau le collant contre sa peau lui caressant celle-ci avec ses os :

- Tu sais, je commence à bien t’apprécier. Normalement, je n’aime pas être surprise, mais la vision que tu m’offres de la vie et de la mort est des plus alléchantes. Pourquoi ne mettons-nous pas fin à ce combat, nous pourrions nous entendre sur quelques détailles sur le destin que tu me réserve en tant que messager de la mort. De plus, j’aimerais bien revoir ton si joli visage.

Le sang avait tâché ses deux lèvres de façon délicieuse. Léchant alors celles-ci pour effacer les goûtes de sang, la femme regardait toujours l’homme dans les yeux se demandant ce qu’il allait faire d’elle et aussi comment allait-il se sortir de cette situation s’il tentait quoi que ce soit. Et pour ce qui était de l’heure, celle-ci lui volait encore un peu de chakra ce qu’il allait commencer à remarquer s’il ne l’avait pas déjà fait. Collée contre son corps même si sa peau était noircit, la femme ressentait de grands frissons et une grande tentation charnel envers lui. Sa force, son indifférence, son corps, tout en lui représentait un défi et Ruka adore les défis et il est rare qu’elle n’arrive pas à en surmonter un. Peut-être arrivera-t-elle à avoir ce qu’elle veut ? Normalement, cette question ne se pose jamais car, elle obtient toujours ce qu’elle veut mais ça c’est normalement et cet homme n’était pas normal tout comme cette situation alors ceci représentait pour elle un très grand défi des plus aguicheurs.


_________________
Les jolies femmes me conspirons, les gentils hommes m'envieront.
Vous ne me chérirai point du tout et ce sentiment ne fera que s'accroître au fil des jours

Dis-moi Invité, est-ce que tu me trouves belle ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hidan

avatar


Nombre de messages : 22
Sexe : Masculin

Shinobi's Identity
Experience:
0/0  (0/0)
Prime:

MessageSujet: Re: Intolérable cruauté [Pv, Hidan]   Mar 25 Déc - 2:39

Entravé, bloqué dans l'étreinte osseuse de la kunoichi au Kekkei Genkai héréditaire impressionnant, Hidan avait trouvé le réconfort des bras de sa divinité en ayant réussi son rituel. L'air impassible que dégageait la jeune femme finirait par s'estomper à partir du moment ou la souffrance serait bien réelle et non éphémère. Qu'importe à présent ce qu'elle pourrait faire, ses efforts se retrouveraient vain. Mais il fallait avoué, même pour le jashiniste, que cette technique était des plus handicapantes. Forcer de rester dans les bras de sa victime, voilà qui était embarrassant. Levant ses prunelles couleurs framboises vers la lune, un rictus défigura son visage serein et ambitieux. C'était une perte de temps cette histoire. Jashin lui aussi était exaspéré. Ignorant pendant quelques instant la jeune kunoichi en train de déblatérer tout un tas de conneries, Hidan pensait d'ores et déjà au sort qui lui été réservé une fois qu'il se serait débarrassé de l'étreinte. Secouant sa tête d'avant en arrière pour se débarrasser des mèches argentés et souillés par le sang qui lui obstruaient la vue, il arborait un regard à la fois moqueur et insidieux. Comment prendre un type comme lui, bourré de charme, pour un taré avide de sang et de chair ? C'était difficilement explicable même s'il y avait sans nulles doutes une bonne raison à cela. Arborant le stéréotype même du mec à double face. De ce point de vue, c'est assez évident que la tendance pousserait à croire qu'il s'agirait de quelqu'un d'aimable, serviable, attentionné. Mais bon.. comme beaucoup de choses cette tendance se retrouve erroné. Souriant aveuglément à son interlocutrice, son regard fatigué, bafoué par cette athée, révélait clairement ce qu'il pensait de ce qu'elle venait de lui dire.

« Blah blah blah ! Encore un tissue de connerie ! Mais y'a comme qui dirait "un os". Le châtiment de Jashin s'abattra sur toi ! Je te l'ai dit.. son pouvoir est partout ! Tu ne pourras pas y échapper ! Gwahahahahhahahahhah !!!!! »

Amusé et satisfait d'avoir placé correctement sa blague dans la situation et son contexte, le jashiniste ne semblait atteint d'aucune façon par la mort qui lui pendait au nez. La mort que lui offrait la kunoichi, sur un plateau d'argent. Se repentant par la suite de sa blague qualifiée en tout point de "merdique et pitoyable". Il s'essayait à la psychologie en essayant de faire comprendre à son adversaire que ces négociations étaient futiles et inutiles. Aller à l'encontre de ses croyances.. aller à l'encontre de Jashin.. Qui était-elle pour pouvoir demander tout cela ? Suivre les préceptes d'un Dieu prônant la destruction c'est exécuter son travail, son devoir jusqu'au bout. Brisant, franchissant tout obstacle qui se mettrait en travers de son chemin. Son rituel ne pouvait être estompé. Adoptant l'attitude d'un parfait Dom Juan pour ponctué sa tirade pleine de bon sens. Cet air supérieur et "je m'en foutiste" qu'il adoptait avait un caractère assez ironique dans un sens ou c'était lui et encore lui qui était à l'heure actuelle pris au piège. Mais il fallait relativiser la chose. Il était immortel et elle non. L'issue de ce match était décidé depuis un moment. Ce n'était juste qu'une question de temps. Elle aurait beau lui faire toute les tortures imaginables, elle était la cible de son rituel et il n’existait nulle échappatoires. Même les os décollés de sa chair, il la retrouverait et lui ferait la peau. Par ailleurs, Hidan était dans son pentacle ! Elle goûterait alors à la joie de s'infliger elle-même son propre châtiment. Méditant à meilleure marche suivre, il rajouta

« Je n'aime pas les hérétiques et surtout ceux qui ne veulent rien comprendre à ma religion... Quelle pov' conne tu fais ma fille. Gwah ah ... »

Laissant tomber son arme en l'immobilisant de son pied droit. Le dos de l'immortel était en joug des pointes tranchantes de l'imposante faux. S'il tombait à terre, il s'empalerait sur son arme. Et sa victime se retrouverait châtié tandis que lui avait Kakuzu pour le sortir d'affaire. Désormais, ils étaient tout deux au même degré exposé à l'incapacité. Les lames rouges scintillèrent, annoncèrent la fin.

« C'est ma religion qui guide mes pas, encre toi ça dans le crâne. Quoi que tu fasses, ton destin ne t'appartient plus.. Si seulement tu avais cru en Jashin, il aurait peut-être daigné te tirer de cette situation critique. Il n'est pas trop tard pour te convertir, mais une chose est sûre... je ne pense pas qu'il te pardonnerait »

Approchant lentement ses lèvres de celles de la kunoichi, il lui vola un baisé, imbibant ses lèvres du liquide visqueux. L'observant avec un sourire narquois, il lui souffla au visage le sang qu'il avait absorbé lors du baiser

« Hum.. désolé mais je n'ai pas plus besoin que le nécessaire. Et puis ces lèvres sanglantes et pulpeuses m'incitaient. Putain.. ouai c'est vraiment dégueulasse en faite. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaguya Ruka

avatar


Nombre de messages : 45
Sexe : Féminin

Shinobi's Identity
Experience:
0/0  (0/0)
Prime:

MessageSujet: Re: Intolérable cruauté [Pv, Hidan]   Ven 28 Déc - 19:46

Même dans cette situation, l’homme ne semblait pas la prendre au sérieux. Il devait forcément être fou ? Non, il était simplement un adorateur de son dieu et par en voir les bénéfices qu’il lui donnait, il avait de quoi l’aimer et lui être redevable. Si elle n’était pas aussi terre à terre, elle pourrait penser qu’il en est presque immortel. Cet homme trouvant que ses paroles étaient des conneries avait tenté une petite farce incluant le mot os comme étant le problème à la situation. Disant que le sort de « Jashin » allait s’abattre sur elle d’une façon ou d’une autre et qu’elle ne pouvait rien y changer. Son rire lui glaçait le sang. Il était complètement perforé, sa peau était noire et blanche, ses yeux violets semblaient aussi sanguins que le vin rouge, son sang coulait à ses pieds mais il trouvait encore la force de rire ainsi. Apparemment, le corps humain était quelque chose d’assez fascinant lorsqu’il est acquit par le pouvoir. Il était assez choquant de le voir ainsi en fait, cette femme toujours aussi calme cherchant seulement à comprendre ne faisait que se prendre des froid l’un après l’autre.

Son air supérieur, son menton en l’air et son sourire étaient toujours dans sa direction. Sans Sans sentiment ? Non pas seulement cela car, Ruka n’en ressentait pas non plus, mais il avait autre chose. Une souffrance intérieure qu’il tenterait de cacher derrière cette attitude fanatique ? Pfff, comment savoir, ils ne se connaissaient que depuis une heure et la seule chose sur laquelle et déblatéraient était la mort. La mort n’était en outre cas un châtiment. C’est en faite une libération de l’âme. Emprisonné dans cette enveloppe charnel forcé à vivre une vie humaine jusqu’à ce qu’elle vienne la délivrer. Cette grande faucheuse qui jusqu’à ce jour, était pour Ruka un spectre, ni femme ni homme, qu’elle pensait mi-corbeau, mi-ange. Non, la mort était loin d’être ainsi représentée. Celle-ci était en faite sous la forme charnel d’un homme ayant pratiquement tout pour lui, des yeux et un sourire aguicheur, une grande taille, de gros muscles et surtout une belle gueule. Haaaa, même dans la mort, la luxure se manifeste… Quel dommage qu’il n’est que faire de son corps car elle prendrait volontiers soin du sien.

S’adressant de nouveau à elle, le Jashiniste, si elle pouvait bien lui dédier ce nom, disait qu’il n’appréciait guère les hérétiques et ceux qui ne voulaient pas comprendre sa religion. Il doit sans doute avoir longtemps souffert d’une sorte de discriminations. Il était un religieux parmi tant d’athées renfermés incapables de s’ouvrir à une religion. C’est alors qu’il la traitait de pauvre conne avant de rire. Les insultes du genre garce, salope, païenne… Lui convenaient cependant, se faire traiter de conne n’était pas dans ses préférence. La demoiselle fronçait les sourcils en le regardant toujours dans les yeux. Ce connard s’en permettait beaucoup trop. Il était peut-être franchement séduisant mais cela ne l’excusait pas. Le ninja faisait tomber sa faux derrière lui, les lames dressées. Se préparait-il à tomber sur ces lames ? Pourquoi ? Il n’était pas que fanatique, il devait sans doute prendre un certains goût à la douleur physique pour toujours se mettre en situation de souffrance. Voulant le retenir un peu plus, la femme faisait monter sa moelle dans la colonne de l’homme.

Sentant la moelle monter dans les os de l’homme cette dernière ressentait une douleur aigüe dans la sienne. Tournant la tête en gémissant elle tentait de regarder dans son dos si rien ne si plantait par un clone ou n’importe quoi. Mais rien. C’était une douleur intérieure qui avançait au même rythme de sa technique. Arrêtant de monter, descendant même, elle y sentait un certain soulagement. Ses yeux se plongeaient dans ceux de l’homme. Apparemment, son dieu lui faisait dont de bien plus que ce donc elle croyait. Elle ressentait avec lui sa douleur, voilà pourquoi sa faux dressée ainsi sous son dos. Il était malin et sadique. Un peu comme elle dalleurs. Hmmmm, c’était malsain d’agir ainsi envers elle, pour elle, que parfois souffrir est si excitant. Cependant, pour le moment, les douleurs qu’il risquerait de lui infliger ne sont pas très agréables et ni très excitantes. L’homme reprit aussitôt la parole. Sa religion guidait ses pas et ses gestes, il voulait qu’elle le garde en mémoire. Car quoi qu’elle fasse selon lui, son destin, sa vie ne lui appartenait plus. C’est alors qu’il commençait à déblatérer sur quelque chose d’intéressant.

Si seulement elle avait crue en Jashin, cela aurait peu la sauvé. Hmmm, est-ce une possibilité pour tous ? Croire en ce dieu de la mort et en devenir un messager ? Hmmm, enfin, il commençait à être encore plus intéressant. Ce joli était était hummm, malsain et elle adorait cela. Continuant disant qu’il n’était peut-être pas trop tard pour elle pour se convertir, cette dernière ressentit de grands frissons montés en elle. Cependant, pour l’attiser un peu, l’homme disait qu’il était sur qu’il ne la pardonnerait pas. La pardonner pourquoi ? Avait-elle été désobligeante envers sa religion, l’avait-elle en ses mots insultée et s’était-elle moquée de lui ? En aucun cas elle ne s’était payée un tel commentaire envers lui. Non car elle n’est tout simplement pas ce genre de personne. Juger l’inconnu et haïr ce qu’elle ignore. Non, Ruka est bien plus intelligente que cela, ce qui était malheureux pour lui. Sans qu’elle ne s’en y attende, l’homme approchait son visage du sien, ses yeux s’arrondirent. Cette dernière voyait ses yeux se fermer en amenant ses lèvres vers les siennes. Ne comprenant pas trop, celle-ci suivait le mouvement. Pendant un bref moment, des frissons tentaient de déchirer son ventre puis c’est alors qu’après avoir partagé un court baisé, il se reculait sur soufflant son sang au visage.

Tournant rapidement la tête pour recevoir le sang que sur le coté gauche du visage, la demoiselle fermait les yeux en soupirant. Pourquoi arrêter maintenant ? Il est tellement bon de faire durer ces moments délicats avant d’en venir à ces ébats dangereux et si bon à la fois. De plus, avec la résistance qu’il avait, il ne devait pas avoir de mal à tenir longtemps lors de relations charnelles. Même que, il devait être assez imposant au lit et assez peu délicat. Ce genre de sauvagerie lui manquait. Rentrer à l’auberge cette nuit pour briser le lit et les meubles de sa chambre d’auberge juste pour le plaisir que cela leur procurerait hmmm, pourquoi pas ! C’est alors que l’homme prit la parole pour la sortir de ses fantasmes. Ce dernier s’excusait disant qu’il n’avait pas besoin de ce sang mais uniquement du nécessaire. Quel nécessaire ? La femme regardait son avant bras puis l’aspect physique de l’homme. Était-ce avec son sang qu’il avait peu devenir ainsi ? Était-ce pour cela qu’il voulait tant la toucher avec ses lames et qu’il n’était pas devenu ainsi avant ? Hmmm, comme c’était bon ! En savoir un peu plus sur cette religion était si enrichissant. Reprenant ses mots, il s’interrogea presque lui-même disant que ses lèvres pulpeuses, tachées de sang l’avaient-elles incitée à faire cela. Grimaçant presque, il trouvait cela dégoutant. Haaa, si cela était dégoutant, il n’aurait qu’à vouloir attendre le reste, elle aimerait tant le dégouter d’avantage.

Ouvrant les yeux de nouveau en reprenant une bonne inspiration, Ruka tournait la tête vers l’homme pour le regarder. Les lèvres de l’homme étaient rougit par le sang séchés, tout comme elle. Sur son visage les petites goûtes avaient également séchées devenant presqu’inconfortables. La femme retenait toujours l’homme par la colonne même si cela lui était dérangeant car elle ne voulait pas risquer qu’il tombe sur les lames. Elle avait encore quelque chose à lui dire. Se collant contre lui voyant très bien que l’apparence qu’elle avait d’une païenne sans égard envers Jashin ne lui était d’aucune attirance et d’aucune importance. C’était triste de voir cela, elle aurait tant aimée être son genre de femme… Pour une nuit au moins. Un petit sourire se dessinait sur son visage. Ses yeux tentaient de noyer le regard de l’homme dans cette sphère verte :

- Si elles vous ont tentées quelques instants, c’est peut-être parce qu’elles vous plait malgré vous.

Baissant les yeux vers ses lèvres, celle-ci s’en approchait pour glisser sa langue sur celles-ci afin de les laver de son sang puis glissant ensuite sa langue sur les siennes pour se nettoyer les lèvres avant de reprendre la parole :

- Me convertir vous avez dit ? Hmmm, je suis sur, contrairement à vous, que Jashin n’a rien contre moi. Hors vous tenir tête, je n’aie rien dis en égard de votre religion. Je n’avais jamais vraiment connue de religieux et ni une religion aussi étonnante que celle que vous pratiquez. Est-il donc vrai que je peux me convertir ? Si c’est le cas, sans vous offensé bien sur, y a-t-il un moyens d’entendre son témoignage ?

La jeune femme donnait un coup de pied sur la faux afin de la reverser puis lâchait l’homme. Ce geste l’eut soulagé également et s’il tombait, il ne se ferait plus transpercé par la faux. S’exposait-elle ? S’il osait autre chose, elle n’hésiterait pas à sauter sur lui l’amenant avec elle plus loin afin de le sortir de son cercle qui selon elle était l’arcane religieuse, l’endroit sans doute propice pour les sacrifices au nom de Jashin. Après tout, pour son dieu, il se devait d’attendre et de porter attention à ses paroles. Car s’il ne le faisait pas, ça allait-être son dieu qui n’allait pas être content, d’avoir vue son disciple décapité une personne aussi sadique et folle que lui, cependant plus polie avec de meilleure manière, mourir après avoir eut l’intention de peut-être devenir l’un de ses prochains disciples. Après tout, le nom de cette religion ne courait pas les rues. Il ne devait pas y avoir bon nombre de pratiquant. Peut-être même qu’il était le seul si la kunoichi se fiait aux rumeurs qui traînaient du village d’où il vient. Levant la tête, cette dernière le regardait :

- Il est vrai qu’au court de ma vie, j’ai tuée un bon nombre d’innocent que pour calmer mes pulsions. Je suis beaucoup trop instable pour être ninja et c’est pourquoi je suis crains et recherchée. Mais je suis sur que votre dieu serait me pardonner pour tous ces gens morts pour ma simple satisfaction personnelle.

La femme ramenait ses cheveux vers l’arrière regardant toujours l’homme avec un regard encore aussi charmeur, bien qu’il n’en éprouvait rien :

- Je veux bien vous écouter, parlez-moi de votre religion, de Jashin et de ces étranges pouvoirs qu’il vous offre pour vos services. Mais avant tout, dites-moi votre nom. Voulant me tuer, vous avez sans doute crue inutile de me dévoiler votre nom mais maintenant, la situation est différente. Je suis même sure que Jashin veut m’épargner pour quelques instants, n’est-ce pas ?

Il n’avait à présent aucune raison de bien vouloir l’éliminer et si c’était vrai, il accepterait surement de lui parler de son dieu. Il ne devait sans doute pas avoir fait ça souvent. Même que cela devait s’être très rarement produit lors de sa vie. Il devait sans doute profiter de cette occasion pour enfin dévoiler ce qui le passionne tant et parler de ce dieu qu’il adore ainsi. Ce messager de la mort était cruel, stupide et très peu rusé, mais il lui plaisait bien. Il était rare de rencontré de telles personnages. La langue de Molière et les beaux discours simplement pour la voir nue sous les draps lui étaient trop barbant. Un peu de changement était toujours très apprécié.


_________________
Les jolies femmes me conspirons, les gentils hommes m'envieront.
Vous ne me chérirai point du tout et ce sentiment ne fera que s'accroître au fil des jours

Dis-moi Invité, est-ce que tu me trouves belle ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Intolérable cruauté [Pv, Hidan]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Intolérable cruauté [Pv, Hidan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto no Agari ::  :: ~ Quelque part dans le monde ~ :: Pays de la Rivière-