♪ L'hiver arrive à grands pas, et nous nous sommes mis à l'heure pour accueillir les premiers flocons ~ Bienvenue aux nouveaux qui nous rejoignent dans la bonne humeur ♪ Jetez un œil à ce fabuleux concours : Le Concours de Décembre ♪

Partagez | 
 

 Rang B - Vampires [Solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zafura Aki
Bras Droit du Tsuchikage
avatar


Nombre de messages : 34

Shinobi's Identity
Experience:
57/100  (57/100)
Prime:

MessageSujet: Rang B - Vampires [Solo]   Mar 11 Sep - 20:03

-Au nom de la loi d'Iwa, je vous somme de vous arrêter !

L'homme devant moi se contenta de me jeter un parchemin explosif aux pieds sans jamais s'arrêter. L'explosion me sonna brièvement, et déjà je reprenais ma course poursuite contre mon agresseur. Ce dernier, malgré tout ses efforts et ses nombreuses tentatives futiles de me ralentir, perdait progressivement du terrain. J'écartais de la main quelques linges pendant sur un fil en travers de la petite ruelle, puis bondis au dessus d'une grille en fer. Mon adversaire se situait un peu au dessus de moi, car il avait décidé de passer par les toits. Futile face à un ninja. D'un seul bond je me retrouvais sur une terrasse, nez à nez avec lui. Mais il semblait avoir prévu mon action, car il m'asséna un coup de poing parfait dans le nez. Je n'eus qu'à peine le temps de le dévier de la paume de ma main, et il fit volte face pou partir en courant vers le balcon suivant. Je ne partis pas à sa poursuite. D'une main sure, je dégainais de son fourreau le Cerberus et le pointait vers mon adversaire en fuite. Je ne devais pas le tuer, Takeshi avait été clair. Mon œil se cala au niveau du viseur. Je sentais le vrombissement caractéristique de mon arme, présence rassurante. La tête ? Une blessure fatale est trop vite obtenue. Le corps ? Bien trop d'organes vitaux. Les bras ? Probabilité de les toucher faible, et dommage corporels trop bas pour le stopper net. Les jambes ? Oui, les jambes. Je pressais la détente, et trois projectiles de chakra de calibre 13 mm furent tirés des trois gueules des canons de mon arme. Ils fusèrent tels des faucon à travers l'air frais du soir, et vinrent se loger dans l'articulation du genou, à l'arrière. L'effet fut immédiat. Comme si on venait de décrocher ses fils à un pantin, il s'effondra sur le sol. Sa tête heurta violemment la rambarde, rebondissant dans un bruit sec avant de s'écraser par terre. Du sang coulait doucement de sa blessure au front. Pourtant, il était encore conscient. Je m'approchais donc de lui pour l'interroger.

Comment m'étais-je retrouvé à faire cela ? Tout était partie d'une mission que j'avais accepté de mon sensei et Kage du village caché de la Roche. Des individus étranges avec des grandes dents avaient faits leur apparition, et ils "s'amusaient" à vider de leur sang leurs victimes. Lorsque cette rumeur de vampire s'était trouvée avérée, il avait décidé de m'envoyer m'en charger. Encore une fois, n'importe quel Juunin de bas étage aurait pu s'en charger, mais il semblait redouter quelque chose. Je ne l'avais que très rarement vu aussi préoccupé par quelque chose. Je m'étais retenu de lui demander ce qui le rendait aussi soucieux, et avais accepté aussitôt ma mission avant de partir. J'étais tombé sur mon premier vampire en arpentant les ruelles insalubres d'Iwa. Il m'était tombé dessus de tout son poids, me plaquant violemment au sol pour me sucer le sang. Avant que ces crocs ne percent ma chair, je l'avait déjà envoyé au loin avec une série de coup de poing aux organes vitaux. Pourtant, cette douleur qui aurait arrêté net un humain avait semblé ne pas l'atteindre, et il était parti en courant. Je m'étais donc tout naturellement lancé à sa poursuite. A présent qu'il était mis hors d'état de nuire, j'allais pouvoir l'interroger quand à son comportement étrange. S'il le fallait, j'userai de moyen peu propre pour obtenir ce que je voulais, car il n'était plus vraiment un humain à mes yeux. Lorsque la vie de dizaines de personnes sont menacé, il faut savoir sacrifier une personne pour la vie des autres. Bien que j'ai un antidote pour soigner le malheureux, je devais d'abord extraire de lui un maximum d'informations.

Je m'avançais vers lui d'un pas rapide, ma respiration un peu plus rapide qu'à son habitude suite à l'effort physique que je venais de fournir. Bien qu'ayant une jambe hors d'état de marche pour un bon bout de temps, il continuait de ramper lentement. Sa bouche se retroussa dans une hideuse grimace, et il grogna tel un animal en colère. J'eus envie pendant un instant d'abréger les souffrances de cette créature d'une balle dans le crâne. Son physique avait muté, et elle n'avait d'humaine que l'origine. Sa peau était d'un gris pâle, ses yeux deux braises rougeoyantes de faim pure, ses crocs des dagues couvertes de sang séché. Des touffes de ses cheveux semblaient s'être décollés avec le temps, le rendant partiellement chauve. Même un fois l'antidote injecté, je doutais sérieusement qu'un jour cet homme redevienne totalement humain et normal. Lui offrir la mort serait plus une délivrance qu'un châtiment. Mais les ordres étaient clairs. Ne tuer personne. Les soigner. Trouver l'espèce animale que l'on suspectait d'être à l'origine de cette épidémie. L'exterminer. Mais je trouvais étrange que jamais ces animaux ne se soient manifestés auparavant. Il y avait quelque chose de louche derrière tout ça.

Je me baissais vers lui, une main posée sur le genou, l'autre braquant sur son front le canon encore chaud du Cerberus. Aussitôt, il s'arrêta de bouger, et se contenta de me regarder avec fureur. Je posais ma seconde main sur mon arme pour la recharger. L'avantage avec cette arme, c'était que le rechargement était totalement invisible et inaudible. Je n'avais qu'à poser ma main sur l'arme, et l'y laisser le temps d'avoir formé et intégré les projectiles de chakra. Ces derniers, malgré tout mes efforts pour obtenir différentes munitions, restaient obstinément au calibre 13.mm. C'était un calibre déjà énorme, capable d'infliger de gros dommages, mais rarement infliger à un coup mortel ou de sectionner un membre. Bien sur à bout portant, les dommages sur l'organisme était critique, mais même ainsi je doutais de pouvoir asséner du premier tir un coup mortel. Tirant les projectiles par salve de trois, l'ennemi n'avait que peu de chance de toute les éviter. Par contre, subir de plein fouets les trois balles suffisait amplement à mettre hors de combat un ninja de bas étage, ou de blesser sérieusement un ninja plus fort. Je me servais plus de cette arme afin de tester la rapidité de l'ennemi, ou de le blesser par surprise. La vitesse des projectiles était énorme, et peu de monde pouvait espérer l'esquiver à courte ou moyenne distance.

Je le regardais fixement dans les yeux en enclenchant la sûreté de mon arme. Le geste était peu utile concrètement, mais servait à lui montrer que l'arme braquée sur lui n'hésiterait pas à aboyer son feu de mort s'il ne coopérait pas.

-Pourquoi m'as tu attaqué ?

Pas de réponse.

-Où demeurent les chauves souris qui infestent les habitants ?

Pas de réponse.

-Depuis combien de temps es-tu devenu un vampire ?

Pas de réponse.

Exaspéré, je lui tirais dans le bras. Ce dernier tressauta avant de s'écraser, inutile, sur le sol du balcon. Une flaque de sang se forma autour de son membre désormais inutile, déchiqueté en plusieurs endroits. Il hurla de douleur.

-Tu as intérêt à répondre. Sinon, on va devoir continuer longtemps. J'ai toute ma nuit. Et toi ?

Je détestais ces méthodes. Je n'approuvais pas du tout ce que j'étais en train de faire. Mais je me devais de l'impressionner , de le terrifier, afin d'obtenir les réponses.

-Je repose ma première question. Pourquoi m'as tu attaqué ?

Il ouvrit alors son immonde gueule, dégoulinante de salive.

-Ton sang a une odeur particulière. Enivrante. Je ne pouvais pas résister à l'envie d'y gouter. A l'heure qu'il est, le raffut et ton odeur doivent avoir suffit à attirer tout les vampires des environs vers nous.

Je regardais autour de nous deux d'un rapide coup d'œil, et ne vit aucun mouvement ennemi. Je reportais mon attention sur mon ennemi.

-Où demeurent les chauves souris qui infestent les habitants ?

-Personne ne sait. Elles viennent chaque nuit en ville choisir un élu, puis disparaissent comme elles sont venues. Personne ne les as jamais rencontrée. On murmure...

Un sifflement aigu se fit soudain entendre, et je n'eus que le temps de lever les yeux impuissants vers l'ombre qui s'enfuyait. A mes pied, l'homme gisait, un kunai planté en plein dans le front. Sans perdre une seconde, je rengainais mon arme et bondis dans le vide. Mon corps changea alors de forme, ma peau pâlissant à vue d'œil, des ailes d'un noir d'encre se déployant dans mon dos. En un clin d'œil, Némésis avait repris sa forme originelle et me portait vers les cieux à grands battements d'ailes. Cela ne me prit pas beaucoup de temps pour apercevoir l'ombre mortelle. Elle bondissait avec une aisance inégalée de toit en toit, s'agrippant aux rebords, plongeant dans le vide avant de se rattraper à des objets insolites. Il connaissait chaque partie de la ville par cœur, et ainsi maitrisait son déplacement au plus haut niveau. Mais je n'avais pas à naviguer entre les obstacles, aussi puis-je aisément le rattraper. Alors que je me calais à sa hauteur, légèrement au dessus de lui, quelque chose d'étrange se passa. Il se courba sur lui même, sa tunique en toile se déchirant au niveau de son dos alors que sa colonne vertébrale s'agrandissait brusquement. Des piques d'os vinrent déchirer sa chair, et deux membranes osseuses auparavant repliée sous la peau se déployèrent. Des ailes de muscles et de tendons sanguinolents. Alors, lui aussi s'envola.

Je savais parfaitement me battre à terre, ainsi que profiter de l'avantage conséquent qui est celui de voler. Mais je n'avais encore jamais eu l'occasion d'affronter un ennemi aérien. En ce domaine, mon adversaire me surpassais largement. A peine eut-il pris son envol qu'il fit volte face, ses yeux infernaux luisant d'une lueur de malice non contenue. Ses griffes, aussi longue que ma main, fendirent l'air en direction de mon front, mais je me laissais tomber en piqué pour esquiver cet assaut aussi soudain que brutal. Avant que je ne pus réagir, il était sur moi, plongeant à ma suite sans hésiter une simple seconde. Ses talons vinrent me cueillir en pleine poitrine, m'envoyant voler vers le sol. Un toit de pierre vint "amortir" ma chute, et je repartis à sa poursuite presque immédiatement. Combien de temps dura notre affrontement ? Très peu de temps. Il me porta bien une dizaine de coup avant que je ne le touchât pour la première fois. Mais alors qu'il ne parvenait qu'à m'infliger de petites blessures sans grand intérêt, le tir de Cerberus que je lui délivrais vint s'écraser en plein sur son torse, le déstabilisant et l'envoyant voler en arrière sur quelques mètres. C'était l'occasion ou jamais ! Je fonçais vers lui d'une rapide série de coups d'ailes, et l'agrippais par la gorge avec ma main gauche. Un plongeon vers le sol. Sa tête qui se fracasse sur chaque tuile, chaque mur, des morceaux de chair et du sang laissé sur le passage de son crâne. Alors finalement, je m'arrêtais net, fracassant son dos contre un rocher de grande taille.

Il vivait encore ses derniers instants. Alors il me regarda de ses yeux froid, et je compris tout ce qu'ils signifiaient. Il était l'Originel. L'humain qui avait créé ce virus. Ces mots résonnaient dans mon esprit, comme si une conscience les prononçaient directement à l'intérieur de mon cerveau. L'objectif de base avait été de créer des super soldats. Plus puissants, capable de voir dans la nuit et de voler, mais aussi à l'agressivité décuplée. Afin d'avoir un cobaye simple à observer, il s'était lui même injecté son sérum de combat. Malheureusement, les effets avaient été désastreux. Modification physique, violence incontrôlable, désir de s'en prendre à tous, et le plus grave, un profond besoin de boire le sang. Or, c'était par la salive que le virus se répandait. Les "chauves souris" soi disant coupable de cette épidémie n'avait été qu'une façade pour lui permettre de continuer ses expériences, au détriment des innocents. Maintenant que l'Originel mourrait, tous était fini. Jamais Iwa ne pourrait se doter d'une nouvelle arme à la puissance inégalable. Un vague sentiment de remords ne m'appartenant pas me traversa, avant qu'il ne meurt, brisé. J'avais vaincu la source de l'épidémie. Il ne me restait qu'à dénicher chaque infecté pour les sauver de leur cruel destin. Une tâche simple. Un bref sourire au lèvre, je disparut dans la nuit, bien décidé à la finir avec un triomphe...

_________________
Ma lame veut gouter de ton sang Invité

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Rang B - Vampires [Solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto no Agari ::  :: ~ Pays de la Terre - Iwa ~ :: Iwa no Kuni :: Ruelles-